•  

     

     

     

     



     

    Pour tous les enfants de la terre 

    Chantons amour et liberté. 

    Contre toutes les haines et les guerres 

    L'étendard d'espoir est levé

    L'étendard de justice et de paix

     

    Rassemblons nos forces, notre courage

    Pour vaincre la misère et la peur

    Que règnent au fond de nos coeurs

    L'amitié la joie et le partage

     

    {Refrain:}

    La flamme qui nous éclaire

    Traverse les frontières

    Partons, partons, amis, solidaires

    Marchons vers la lumière

     

    Graeme Allwright

    Paroles La Marseillaise 



     
     

     


     

    Améliorer sa vie...

     

     

         

     

         




     

     

     

    Être capable d’éprouver de l’empathie pour les autres est un atout dans la vie



    L’empathie est cette capacité à vous mettre à la place des gens, comprendre leurs sentiments et leur point de vue. 

    L’empathie va parfois très loin car elle vous permet de ressentir physiquement les douleurs des autres. 

    Cela peut paraître un problème. Mais nous allons voir que l’empathie est une force

    Les personnes qui manquent d’empathie ne sont pas seulement désagréables pour les autres. Elles ont aussi, sans le savoir, un handicap. 

    Lisez la suite pour comprendre votre capacité d’empathie, et apprendre à l’augmenter si vous en manquez. 

    Nos étonnants « neurones miroirs »

     

    Nous sommes capables d’éprouver de l’empathie parce que nous avons dans le cerveau des « neurones miroirs ». 

    Comme leur nom l’indique, ces neurones réagissent en miroir aux émotions exprimées par les autres. 

    Grâce à ces neurones, les émotions des autres se reproduisent en nous. Cela nous permet de ressentir nous-mêmes l’effet de ces émotions, et ainsi de mieux les comprendre, mieux nous mettre dans la peau des autres. 

    Les personnes narcissiques ou excessivement égoïstes manquent de neurones miroirs. 

    Si vous n’avez aucun neurone miroir, vous êtes incapable de vous mettre à la place des autres. Vous ne vous souciez pas vraiment d’eux, de leurs sentiments, ni de ce que votre comportement risque de déclencher.

    A un stade élevé, c’est ce qu’on appelle en psychiatrie la « psychopathie ». 

    Les « psychopathes » sont ces personnages capables de faire le mal autour d’eux, de faire souffrir leurs victimes sans que cela ne déclenche en eux aucun sentiment pénible. 

    Normalement, vous ne pouvez voir une personne souffrir sans éprouver vous-même de la détresse. Mais les psychopathes sont indifférents aux douleurs des autres. On a vu certains psychopathes se faire de bons repas et s’amuser franchement devant une comédie télévisée à côté de leur victime torturée et gémissant de douleur. 

    Ils n’éprouvent pas de pitié. 

    En revanche, l’empathie est une vraie force pour celui qui est capable de la ressentir. 

    Pourquoi l’empathie est une force

     

    En effet, les personnes très empathiques ont toutes sortes d’avantages sur les autres. 

    Elles sont notamment : 

    • capables de prévoir plus précisément les actions et les réactions des autres, et font donc moins d’erreur, de faux pas ; 

    • Elles ont plus de facilité à résoudre les conflits, privés ou professionnels ; elles sont donc moins embourbées dans les problèmes relationnels ; 

    • Elles saisissent plus facilement les « signaux faibles » envoyés par leur entourage, en communication non-verbale ; elles comprennent mieux et plus vite ce qu’on attend d’elles ; 

    • Elles persuadent plus facilement les autres de leur point de vue ; 

    • En entreprise, elles comprennent mieux les besoins des clients et prennent l’avantage sur leurs concurrents 

    • Elles sont capables de mieux motiver les autres ; c’est la fameuse qualité de « leadership » si prisée actuellement dans les milieux professionnels mais tout autant dans les activités culturelles, associatives, sportives, politiques… 

    • Elles évaluent mieux la façon dont leurs paroles et leurs actions sont perçues par les autres et évitent ainsi les erreurs de communication et les quiproquos ; 

    • Elles comprennent mieux le monde qui les entoure parce qu’elles ne sont pas prisonnières de leur propre point de vue ; elles sont capables de voir les choses sous des angles différents, ce qui leur donne une vision plus riche, plus complète et donc plus juste. 

     

    L’empathie ressentie comme faiblesse : une erreur courante

     

    Le problème d’éprouver de l’empathie est que vous devenez plus vulnérable

    Souvent, les personnes très empathiques se considèrent elles-mêmes comme « faibles », voire « idiotes ». 

    En effet, leur tendance à se mettre à la place des autres peut les conduire, parfois, à être exploitées. Certains vont s’apercevoir de leur capacité à se mettre à leur place et vont en abuser. 

    Abuser de leur spontanéité à aider ; abuser de leur réticence à prêter aux autres de mauvais sentiments qu’elles sont incapables d’éprouver elles-mêmes. 

    Ces abus, souvent répétés, les conduisent à faire la douloureuse expérience d’avoir été bernées, leur donnant l’impression d’être « trop naïves », voire « débiles ». 

    Moyennant quoi elles oublient les avantages pratiques considérables, listés plus haut, d’être capable d’éprouver de l’empathie. 

    L’empathie, une qualité essentielle en médecine

     

    Les dentistes et les médecins qui éprouvent de l’empathie sont beaucoup plus appréciés de leurs patients, qui reconnaissent et recherchent énormément cette qualité. 

    Ils ont plus de succès et, surtout, une vie professionnelle plus agréable avec des patients plus reconnaissants. 

    L’empathie est reconnue comme une qualité déterminante chez les adolescents pour leurs chances de réussite future : 

    « Les adolescents empathiques sont plus motivés et réussissent de façon intentionnelle dans leurs études non parce qu’ils cherchent à avoir de bonnes notes, mais parce qu’ils sont authentiquement intéressés par leur sujet. 

    Ils surmontent plus facilement leurs échecs parce qu’ils ne mettent pas autant d’ego que les autres dans leur travail. »

    Vous pouvez apprendre à éprouver plus d’empathie

     

    Le manque d’empathie est la cause de nombreux conflits. Vous ne pouvez pas augmenter le nombre de vos neurones miroirs mais vous pouvez faire un effort pour : 

    • Ecouter ce que vous disent les autres, sans chercher trop vite à partager vos propres expériences passionnantes ; en clair : éviter de couper la parole. Un bon exercice est de faire comme les Américains, mais aussi les Suisses : ne jamais commencer à parler sans avoir attendu deux ou trois secondes après que votre interlocuteur ait terminé sa phrase ; 

    • Lorsque vous écoutez quelqu’un, intéressez-vous à ce qu’il vous dit, mais essayez aussi de comprendre pourquoi il vous dit cela. Qu’est-ce qui le motive à venir vous parler ? Se pourrait-il que, derrière ses paroles, il cherche à vous faire passer un autre message ? Nous avons un nombre incroyable de messages « codés » que nous utilisons spontanément. Par exemple : « Tiens, il est déjà midi » signifie en général « J’ai faim, ne voudrais-tu pas manger ? » Ou alors : « J’aime beaucoup votre coiffure, votre parfum » est un appel évident. 

    • En cas de désaccord qui se prolonge avec un membre de la famille, un ami, un collège : essayez d’imaginer toutes les bonnes raisons que l’autre peut avoir de faire, dire ou penser ce qu’il fait, dit ou pense. Partez du principe qu’il ses raisons, que vous auriez fait exactement la même chose à sa place, et peut-être même auriez-vous agi de façon plus vive encore ; 

    • Lisez des romans et du théâtre : la littérature est le moyen le plus direct et rapide de vivre des expériences complexes que la vraie vie met parfois du temps à vous donner. Les enfants et les jeunes sont obligés, via l’école, à lire et apprennent ainsi à connaître la psychologie des hommes bien au-delà de ce qu’ils peuvent vivre dans le cadre de leur famille et de leurs camarades de classe. Il n’y a pas de raison de stopper cet apprentissage à la fin des études. Continuer à beaucoup lire toute sa vie permet de développer grandement l’empathie. 

    • Observez et réfléchissez : éteignez votre téléphone. Au lieu d’écouter la radio ou de consulter votre smartphone dans les transports, regardez les gens autour de vous et imaginez qui ils peuvent être, ce qu’ils pourraient être en train de penser et ressentir, et où ils sont en train d’aller. Sont-ils frustrés ? Heureux ? Sont-ils d’ici ou en voyage ? Ont-ils eu une bonne journée ? Essayez de vous intéresser et de partager leurs préoccupations. 

    Il s’agit de bonnes habitudes à prendre, qui développent votre psychologie et vos compétences relationnelles. 

    Bouder : un moyen d’exploiter l’empathie des autres

     

    Grâce, ou à cause de l’empathie, nous pouvons nuire à notre entourage simplement en exprimant notre insatisfaction. 

    C’est ce que les enfants apprennent très vite à faire en… boudant. 

    Il leur suffit de montrer un visage fermé, mécontent, et leurs parents ne peuvent s’empêcher de ressentir eux aussi de la mauvaise humeur, ce qui est très désagréable pour eux. 

    Ce sont leurs neurones miroirs qui fonctionnent en produisant chez eux un sentiment d’insatisfaction, simplement parce qu’ils voient l’enfant (ou l’adulte !) insatisfait. 

    C’est extraordinaire : 

    Vous pouvez ainsi gâcher le plaisir de tout un groupe qui s’amuse, simplement en affichant une mine maussade. 

    Le sentiment est tellement fort qu’une ou plusieurs personnes du groupe vont probablement s’interrompre pour venir vous trouver. Elles prendront le temps qu’il faudra pour tenter de régler votre problème. Le but ? Tout faire pour vous faire retrouver le sourire, notamment afin que le reste du groupe puisse… recommencer à s’amuser. 

    Bouder est une stratégie particulièrement déloyale et pénible pour faire pression ! C’est pourquoi on apprend aux enfants à ne pas bouder, et les adultes savent qu’il est impoli de faire la tête en public. 

    L’empathie pour guérir

     

    Le simple fait de tenir la main d’un conjoint qui souffre réduit la douleur. 

    De même, on sait que les personnes qui se savent aimées et accompagnées guérissent plus vite. Leur convalescence est plus rapide après une intervention. 

    Ces effets sont d’autant plus forts que les proches sont capables d’exprimer, et d’éprouver, de l’empathie. 

    Avec les enfants, aussi, nous avons tous fait l’expérience : Justine est tombée, elle s’est couronnée le genou et hurle de douleur. Son papa accourt et la saisit dans ses bras en poussant des cris lui-aussi : « Ah, oh, que ça doit faire mal, aïe aïe aïe, mais Justine pourquoi as-tu couru si vite, tu dois faire attention !!! » 

    Et plus papa crie, plus il manifeste qu’il souffre de voir Justine souffrir, plus Justine, elle, se calme, et cesse de pleurer. 

    L’empathie de son papa l’a guérie. 




    Sante Nature Innovation

     

     

    ***** 

     

     

    ETES-VOUS EMPATHE ? Les signes qui vous dévoilent.


    Vous devez exercer votre créativité

    Peu importe comment vous préférez exprimer votre créativité, vous devez exercer. Vous avez un besoin actif de vous exprimer à travers un moyen de création. Les empathes prospèrent dans la créativité et ont la fibre artistique.

     

    L’humeur des autres personnes vous impacts facilement

    Vous ressentez ce que les autres ressentent, et vous êtes rapidement influencé par leur humeur, qu’elle soit bonne ou mauvaise.

     

    Vous n’aimez pas la ville

    Les grandes villes peuvent être drainantes à la fois émotionnellement et mentalement. Votre maison idéale se trouvera quelque part dans les montagnes ou dans une zone plus isolée.

     

    Vous évitez les grandes foules

    Les foules génèrent une grande quantité d’énergie qui est automatiquement absorbée par les empathes. Lorsque vous vous trouvez dans une grande foule, vous devenez émotionnellement et mentalement vidé.

     

    La nature est un moyen de guérison

    Lorsque vous êtes dans la nature, la randonnée, le camping, ou toute autre chose, vous ressentez une forte présence, la guérison. La nature a le pouvoir de vous ressourcer et de vous ramener sur Terre.

     

    Vous n’aimez pas les conversations futiles

    Pour un empathe, les conversations futiles sont considérées comme une perte de temps. Même si vous êtes poli quand vous rencontrez quelqu’un, vous n’avez pas envie de parler du beau temps et des derniers potins; vous voulez aborder un sujet vraiment intéressant.

     

    Vous avez tendance à sentir ce que les autres ressentent

    À cause de votre empathie vous êtes sensible aux émotions des autres, et vous pouvez vraiment ressentir ce qu’ils ressentent. Il n’est pas inhabituel pour vous d’être dans une situation ou vous avez clairement une idée de ce que ressentent les gens, sans pour autant parler avec eux.

     

    Vous êtes submergé sur le plan émotionnel

    Les empathes peuvent facilement se retrouver dépassés par leurs propres émotions. Si vous pouvez absorber les émotions des autres personnes, cela signifie que les vôtres sont beaucoup plus fortes.

     

    Vous cherchez l’équilibre plutôt que le succès

    Pour les personnes empathiques, l’équilibre et le confort sont plus importants que le succès. Si vous faites partie de ces personnes, vous ne ferez pas ce qu’il faut pour atteindre le sommet, vous ferez simplement ce que vous devez faire pour être en équilibre avec votre environnement.

     

    Vous avez besoin de passer du temps seul

    Les empathes ont besoin de temps pour eux-mêmes afin de recharger leurs batteries et pour se détendre. Passer du temps avec les autres est quelque chose que vous aimez faire, mais cela peut également être épuisant car vous absorbez les émotions des autres comme une éponge.

     

    Vous appréciez les liens personnels

    Si vous êtes un empathe, créer un lien personnel avec une autre personne est une expérience précieuse. Ce n’est pas tout le monde qui se soucie de créer des liens particuliers avec les gens qui les entourent, mais vous le faites, ce qui pourrait indiquer que vous êtes un empathe.

     

     

     

     

     

     



    Merci à ceux qui m’ont blessée, grâce à eux, dans les blessures j'ai puisé ma force.

    Merci à ceux qui m’ont détesté, grâce à eux, j’ai pu progresser, apprendre la tolérance et la compassion.

    Merci à ceux qui m’ont aimé, grâce à eux, je me suis remplie d’affection.

    Merci à ceux qui sont entrés dans ma vie, grâce à eux, je suis ce que je suis aujourd’hui.

    Merci à ceux qui ont quitté ma route, grâce à eux, j’ai appris à bien m’entourer.

    Merci à ceux qui sont restés dans ma vie, grâce à eux, je vis de sincères amitiés.   


     

     

     

     Si vous souhaitez intervenir, c'est ICI