• C'est moi que v'la !

     

    C'est moi que v'la !

     

    Je vous présente ici une photo que beaucoup de personnes visitant le Parc Ornithologique du Pont de Gau pourraient avoir faite.
    C'est un comportement que j'ai pu constater à CHACUNE de mes visites (mais ceci est valable dans tous les lieux de passage touristiques).

    Bien évidemment les visages sont floutés, on ne sait jamais sarcastic

    En général, j'avoue que je préfère y photographier les oiseaux, mais la récurrence  de ce genre d'attitude m'a fait "craquer"
    si je puis dire, et je n'ai pu m'empêcher d'immortaliser un de ces instants fabuleux.

    Nous sommes arrivées ce jour là Martine et moi à l'ouverture du Parc.
    Ces deux Messieurs (en premier plan) étaient déjà confortablement installés à la buvette (encore fermée à cette heure matinale).

    L'endroit donne (de loin) sur l'une des héronnières, mais de là, elle se situe en parfait contre-jour toute la journée, et on n'y voit aucun des nids.
    Autrement dit, ce n'est pas du tout un lieu propice pour saisir de jolies scènes (quel dommage d'ailleurs, car ce jour là il y avait
    des tas de poussins, des scènes d'accouplements pour certains oiseaux, des scènes de nourrissage pour d'autres et des aller et venues
    d'adultes pour consolider les nids... pour peu qu'on prenne la peine se bouger un peu !)


    Mais voilà, quand on a du joli matériel armé d'un Grip (des fois qu'une batterie ne serait pas suffisante pour la journée...
    mais il faut dire aussi qu'un grip sur un tel boîtier, cela le rend encore plus impressionnant),
    des trepieds bien solides et bien lourds de marques bien connues, et pour chacun et le fameux "Tamonster",
    il faut bien que tout le monde puisse l'admirer à loisir  !

    Nous voilà donc Martine et moi, parties cheminer à la recherche d'oiseaux et de belles attitudes.
    Quand nous faisons le tour du parc en prenant le temps d'observer, cela nous prend bien toute la journée.

    Pour ressortir du parc, tout comme pour y entrer, on passe nécessairement devant cet endroit. Si ce n'est pas le lieu idéal pour faire
    de chouettes photos, c'est tout de même l'un des meilleurs pour se montrer aux nombreux visiteurs qui fréquentent ce lieu.

    Donc en fin de journée, nous repassons par ici, et, Ohhh surprise, ces Messieurs n'avaient pas bougé d'un iota de toute la sainte journée.
    La seule chose qui avait changé de leur environnement était les bouteilles de bière sur la table.
    Heureusement pour eux, ils sont restés bien à l'ombre ! La bière et le soleil, ça peut faire mal !
    Et en bougeant un tant soit peu le bras pour le porter à la bouche, cela leur a probablement évité les crampes...

    Nous nous sommes, nous aussi, arrêtées environ trois quart d'heure à la buvette histoire de nous désaltérer et de manger un bout,
    mais aucun des deux n'a jamais appuyé sur son déclencheur. L'un dormait probablement derrière ses lunettes noires et l'autre était
    tout affairé avec son smartphone.

    Par curiosité, j'ai tenté quelques clichés à différentes focales sur ladite Héronnière et, de cet endroit, franchement rien de bon à en sortir.
    Un bon gros fouillis d'arbres tout au plus.

    Je regrette juste de ne pas leur avoir demandé s'ils étaient contents de leurs clichés wink2

    Dans ce parc, un autre endroit est également propice à l'étalage du matériel.
    Une avancée de terre devant un autre des étangs disposant de bancs quelques mètres en recul.
    On peut y voir à coup sûr quatre ou cinq gros bazookas bien alignés et là aussi montés sur trepieds.
    Mais où sont donc les photographes ????
    Curieusement toujours des Messieurs, et ils sont assis sur lesdits bancs à trois mètres
    de là,  à parler du dernier matériel acquis, leurs sacs à dos bien ouverts par terre, histoire d'être certains qu'en passant devant eux,
    on ne loupe surtout rien de ce qui s'y trouve . Ils sont souvent là aussi toute la journée, le boîtier bien positionné à hauteur des yeux
    (ben oui, se baisser pour ne pas écraser l'oiseau à l'éventuelle prise de vue, tout de même, c'est fatiguant et ça fait mal aux genoux !
    Et puis s'asseoir par terre, c'est franchement dégueulasse !)
    Ah c'est sûr, ils vont pas rentrer avec le cul sale, les genoux et les godillots crottés !
    Finalement, le but semble de montrer le matos, pas de prendre des photos !

    Sans vouloir faire de sexisme, jamais je n'ai vu une femme avoir une telle attitude.
    Le plus souvent elles sont courtoises, sont à main levée et se montrent discrètes. 

    Autres petites choses assez amusantes : les affûts ! 

    Déjà, quand on entre, bien évidemment on lance un petit bonjour à la cantonade, mais la réponse.... que nenni !
    Là aussi, tous les bazookas sont plantés les uns à côté des autres montés sur trepieds, et personne n'a l'oeil au viseur.
    Pas simple  du coup de parvenir à se faire une petite place si vous avez le malheur de ne pas être là dès l'ouverture.
    Et si toutefois vous y parvenez et que vous déclenchez, vous sentez sur vous une vingtaine de paires d'yeux vous regarder
    comme un seul homme d'un air réprobateur : Ben oui quoi, vous êtes en train de faire du bruit avec votre fichu matos !
    Mince alors, on est tout de même dans un affût, silence donc !
    Quelle saloperie ce miroir qui fait clac clac à chaque déclenchement ! Tout de même, faudrait pas abuser !
    Y'en a même qui ont l'audace de nous demander si on ne peut pas désactiver le son !
    Faut y pas être gonflées tout de même de venir dans un affût et de faire des photos !
    Promis, la prochaine fois, je viens avec mon compact, lui au moins est silencieux !
    Dis Monsieur, je serais pardonnée avec un compact ??????????  Et même là tu pourras me mépriser en prime !
    Bon j'avoue que déjà à la base, étant une femme,  je sais bien que je suis mal barrée.
    La photo c'est un domaine de mecs tout de même !

    Juste pour montrer un peu l'état d'esprit. Un jour, toujours dans cet endroit un Monsieur m'a dit.
    "Ah vous avez un Canon, normal, les femmes c'est plutôt Canon, et les hommes nous c'est plutôt Nikon"
    (lisez la marque en phonétique, et vous verrez, c'est bon, c'est fin, ça se mange sans faim !)

    Le genre de chose amusante aussi et récurrente (c'est du vécu !).
    Une fois ou Martine et moi nous baladions sur les chemins, moi armée d'un Canon 100-400mm et Martine armée d'un
    "ridicule" Tamron 70-300mm, et bien moi j'ai eu le droit à un "bonjour" d'un Monsieur qui lui aussi avait le même objectif,
    alors que Martine,  quelques mètres derrière a vu son bonjour totalement ignorée.
    Hé on ne rigole pas avec le matos, on ne joue pas dans la même cour tout de même !
    Heureusement elle a changé d'objectif, sinon, je ne lui parlerais plus non plus, nomého !!!!!!!
    Cela dit, quelle gourde je suis, j'ai collé une housse de protection sur mon Canon 100-400mm, on ne voit même plus que c'est un Canon !
    Là franchement, je merdouille à fond !

    Alors pour conclure : Messieurs, franchement si vous placez votre ego  et votre virilité dans votre matériel,
    je trouve cela bien pathétique, consternant et affligeant !
    Faites donc de belles photos, je crois sincèrement que vous en tirerez une meilleure satisfaction personnelle.

    Heureusement je connais des hommes qui sont de vrais photographes et des amoureux de la nature,  qui eux ne passent
    pas leurs journées à la buvette, qui rentrent chez eux crottés, et d'ailleurs ce sont de leur superbes photos dont ils nous
    font profiter, pas d'un gros et onéreux matériel dont ils ne se servent pas !

    On ne rencontre ce genre de personnes que dans les espaces touristiques, genre le Pont de Gau ou le Teich,
    mais aussi dans les Zoos et salons en tous genres (Au salon du Cheval à Montpellier, trop drôle de voir arriver certains visiteurs  - non non, même
    pas des exposants - équipés de maxi-chaps,  bottines, éperons, veste cirée et chapeau de cow-boy ! Un vrai remède pour toutes personnes
    un peu déprimées), donc là ou ils sont assurés d'avoir du passage et d'avoir la certitude de se faire bien admirer et pourquoi pas de susciter
    un peu de... jalousie de la part des envieux.


    Un avantage cependant à ce genre de comportement, c'est que le matériel ne s'usant que si on s'en sert, du coup, ces Messieurs
    ne sont pas en risque de saturer leur boîtier photographique sur le nombre de déclenchements. Mais aussi, toujours dans le postulat que cela
    ne s'use que si on en sert, quand vous allez vouloir acquérir le tout dernier matos sorti dès que les magazines en parleront, et bien il sera
    toujours comme neuf quand vous déciderez de bazarder le "vieux démodé" pour du plus gros et plus cher. A  moins qu'il ne finisse 
    sa vie dans une vitrine, cette fois pour épater les personnes qui auront le privilège de rentrer dans votre salon ????

    A la décharge de ces Messieurs, mais ce genre de rencontre ne s'est produite qu'une seule fois, il m'est aussi
    arrivé d'y croiser une femme en talons aiguilles et.... manteau de Vison !!!!!!!!!!! Si si !
    Un autre genre, mais qui vaut aussi la peine d'être vu, surtout quand on connaît le parc !
    Cela tend malgré tout à prouver que la sottise peut aussi être féminine.


    Heureusement, je ne vais plus dans cet endroit que pour le faire visiter à des amis de passage car je suis bien mieux
    dans mes garrigues, dans mes oueds, dans ma campagne, sur les rives des rivières ou sur mes cimes Cévenoles où là, je ne
    rencontre jamais personne et certes pas celles-là en tous cas ! Et quand cela m'arrive de croiser quelqu'un, et bien
    c'est un passionné, qui comme moi est soit vautré, soit crotté, et là c'est un plaisir d'échanger... sur la faune et flore sauvage !

    Petite précision : Je tiens à dire tout de même que le Parc Ornithologique du Pont de Gau vaut la peine d'être vu
    et n'est en rien responsable de l'attitude de ces personnes aussi méprisantes que méprisables.
    La direction est très sympathique et toujours prête à donner des informations sur les observations
    qu'eux même ont pu faire au fil des vagues migratoires.

    smile

     

    Si vous désirez intervenir, c'est ICI