• Cigogne blanche - Ciconia ciconia - White Stork

    Le Méjean - Lattes - Hérault

    Cigogne blanche - Ciconia ciconia - White Stork   Cigogne blanche - Ciconia ciconia - White Stork

    Extrait de "L'amour bestial" de Caroline Lepage

    "Quand ils ne naissent pas dans les choux ou les roses, les bébés sont, paraît-il, déposés par les cigognes dans les maisons.
    Mais elles, qui leur apporte les Cigogneaux ? Question intéressante, d'autant que ce bel et grand oiseau blanc à l'extrémité
    des ailes noire symbolise pour nous la fertilité.
    En hiver, la cigogne apprécie volontiers la châleur de l'Afrique du Nord. Mais ses amours, elle préfère les vivre en Europe - et jusqu'en
    Alsace - dès qu'elle atteint la maturité sexuelle - vers trois ans - une cigogne peut vivre plus de vingt ans.
    Aussi elle voyage beaucoup. Lors de ses longues migrations, elle s'autorise quelques haltes en route, histoire de casser la croute
    et reprendre des forces. Au menu ? Criquets et sauterelles, bourrés de protéines. Le reste du temps, elle mange aussi bien
    des rongeurs que de petits reptiles.
    En mars-avril, le mâle arrive quelque jours avant sa dame sur le lieu de rendez-vous, ou le couple a son nid attitré.
    Il se met immédiatement au boulot. En effet, les cigognes sont fidèles, surtout à leur nid en réalité.
    C'est lui qui peut souder les amants pour plusieurs années. D'ailleurs, s'il y a changement de domicile, pour cause
    d'occupation illégitime par d'autres amoureux sans vergogne - mais si ! -, le couple propriétaire risque fort
    de voler en éclats. Après ça, il n'y a plus qu'à se trouver un nouveau logement comme un nouveau partenaire : double injustice !

    Soyons clairs : à l'origine, il ne viendrait pas à l'idée d'une cigogne d'abandonner le nid dont elle a commencé à bâtir
    les fondations, sur un toit, dans un petit village paisible. La tâche n'est pas simple : le nid, perché en haut d'une cheminée
    de maison, mesure plus d'un mètre cinquante de large - les voisins ayant eux, préféré installer le leur sur un pylône électrique,
    c'est un coup à finir rôtis !
    De fait, il y a toujours quelques travaux d'éménagement à prévoir, le retaper un peu ici et là avec quelques branches, des herbes,
    de la terre. Ainsi il sera opérationnel pour l'unique couvée de l'année.
    Ah ! voici enfin Madame ! Elle va pouvoir apporter son aide, sans oublier de prendre le temps de roucouler un peu.
    Il va lui sortir le grand jeu et, pour une fois, faire du bruit - il caquette pour être exact - à l'aide de quelques
    claquements de bec. Parfait, cela fait fuir les voleurs de nids. Il y a toujours des malotrus qui tentent leur chance,
    alors il faut défendre son chez soi bec et ongles...
    Franchement, ces retrouvailles entre amoureux sont torrides ! Le mâle fait le beau, jetant la tête en arrière et battant
    des ailes. La femelle, toujours aussi amoureuse, tente même de l'imiter parfois avant de céder. Et le couple remet cela plusieurs fois. 
    Fait assez rare chez les oiseaux, le mâle dispose d'un vestige de pénis au niveau du cloaque. Mais c'est bien cloaques accolés
    que nos tourtereaux font crac-crac, femelle debout et mâle sur son dos, battant des ailes pour essayer de tenir en équilibre...
    Plus tard, la femelle, à raison d'un oeuf tous les deux jours, en pond jusqu'à trois ou quatre.
    Ensuite, même si elle se charge de les couver la nuit, en journée le mâle l'assiste car il faut attendre un bon mois
    avant l'éclosion. A la naissance, les petits sortent tout blancs. 
    Leur père, remarquable toujours, soutient sa compagne pour les élever. Le couple se relaie pendant deux mois et demi 
    pour alimenter les cigogneaux avec quelques nourritures régurgitées de leur bec, le temps pour eux d'apprendre...
    à voler de leurs propres ailes. 
    Ainsi la nuit, les petits rentrent au bervail. C'est en juillet qu'ils quittent vraiment le domicile familial. Et ils ne
    connaîtront qu'un an plus tard la grande aventure de la migration vers le Sud. Lorsque le mois d'Août arrive,
    il est temps pour leurs parents de repartir vers l'Afrique : quelques milliers de kilomètres à parcourir,
    les cigognes ont bien mérité ces vacances au soleil..."

      

    « Piérides (Pieridae)Sympetrum fonscolombii ♀ (Sympétrum à nervures rouges) »

  • Commentaires

    1
    flodarom Profil de flodarom
    Samedi 10 Août 2013 à 12:57

    Coucou, 
    J'ai grand plaisir à voir tes photos de cigognes ...
    L'article dècrit très bien l'univers de cet oiseau, symbole de fertilitè depuis toujours.!!
    Bisoussssssss

    2
    Samedi 10 Août 2013 à 13:30
    TititeParisienne*

    ... Elle est très belle, vraiment un bel oiseau !

    3
    Samedi 10 Août 2013 à 15:52

    Belle et élégante et merci pour l'article très intéressant.

    4
    Samedi 10 Août 2013 à 15:54

    j'aime bien ces grands oiseaux fins et élégants....

    merci pour le lien, ça peut être utille

    bonne soirée

    5
    Samedi 10 Août 2013 à 16:06

    Une belle cigogne , merci Pascale ! . Mon oiseau favori que l' on ne trouve pas dans le Sud Ouest ? , bon week end à toi , 

    bisous , Christiane ,

    6
    Samedi 10 Août 2013 à 16:34

    un beau reportage, je te remercie de tout celà

    7
    Samedi 10 Août 2013 à 18:36

    Je dis et redis que c'est un bel oiseau et je me suis régalée au passage de ta note d'info. Fort intéressante.

    8
    Samedi 10 Août 2013 à 18:51

    c'est un très bel oiseau, malheureusement je n'ai pas eu encore la chance d'en rencontrer

    9
    Samedi 10 Août 2013 à 19:12

    j'aime beaucoup les histoires....celle du couple cigogne est passionante  le tout avec de belles photos merci Pascale !

    10
    Samedi 10 Août 2013 à 19:22

    La pose hiératique de la Cigogne. La Cigogne dans toute sa Majesté.

    11
    Samedi 10 Août 2013 à 21:37

    Tes photos donnent vraiment l'idée de la grande taille de ces oiseaux et le texte est vraiment super : intéressant et humorisitque. une combinaison que j'aime beaucoup :-)

    12
    Dimanche 11 Août 2013 à 05:20

    Très intéressant une fois de plus...

    13
    lylytop Profil de lylytop
    Dimanche 11 Août 2013 à 10:32

    très belles photos et intéressant article

    bises

    lyly

    14
    Chez Béa Profil de Chez Béa
    Dimanche 11 Août 2013 à 13:50

    Je ne regarderai plus les cigognes du Marquenterre de la même façon. Merci pour le reportage. Bizz de Béa

    15
    Lundi 12 Août 2013 à 15:55
    Philippe Bullot

    Belles prises !

    16
    Lundi 12 Août 2013 à 21:24

    Super beau. Merci également pour les explications sur cette jolie petite famille. Samedi j'ai pensé à toi en voyant un oiseau pour la première fois : une oie sauvage en vol ! Quel long cou dis donc !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :