• Erebidae

     

     

     

     

     

    Les Erebidae sont une famille de papillons qui comprend environ 350 genres et plus de 2 700 espèces.

    Dans cette famille, les papillons adultes ne se nourrissent pas.

    On peut les rencontrer sur tous les continents sauf l'Antarctique.

    Ils sont plus particulièrement répandus en Afrique tropicale, Inde, Asie du Sud-Est et Amérique du Sud. Rien qu'à Madagascar, on en dénombre 258 espèces. Par contre, ils sont absents de Nouvelle-Zélande, des Antilles, de Hawaii ou de Nouvelle-Calédonie (Schaefer, 1989).

    La famille des Erebidae a été décrite par l’entomologiste anglais William Elford Leach en 1815.

  • Montpellier - Hérault

    Bombyx disparate, (Lymantria dispar)    Bombyx disparate, (Lymantria dispar)

    Bombyx disparate, (Lymantria dispar)

     ♂
    Photo médiocre, mais c'est le seul mâle que je suis parvenue à trouver... posé !

    Bombyx disparate, (Lymantria dispar)

     ♀

    Bombyx disparate, (Lymantria dispar)

     ♀

     


    10 commentaires
  • Saint martin de Londres - Hérault

    La papillon ICI

    Chenille de Porthetria dispar (La chenille disparate)    Chenille de Porthetria dispar (La chenille disparate)

     

    Chenille de Porthetria dispar (La chenille disparate)

     

    Chenille de Porthetria dispar (La chenille disparate)    Chenille de Porthetria dispar (La chenille disparate)

     

    Chenille de Porthetria dispar (La chenille disparate)

     

    Chenille de Porthetria dispar (La chenille disparate)

     

     


    43 commentaires
  • Après vous avoir présenté la chenille du Bombyx Disparate ICI ou ICI, je suis retournée voir ou la nature en était.
    Plus une seule chenille sur les arbres (pas si dépouillés que je le pensais d'ailleurs les chênes),
    mais des papillons partout qui volent au maximum à 1 mètre du sol.
    Il n'est pas superbe en couleurs, mmais il a de magnifiques antennes vous ne trouvez pas ?
    Mais alors... quel agité ! J'ai bien galéré à le prendre en photo ! 
    Heureusement celui-ci à été compatissant, et m'a laissé lui tirer le portrait après avoir frisé la crise de nerfs.
    Contrairement au Bombyx du Mûrier, lui tient ses antennes bien dressées.

    Bombyx disparate...

     

    Bombyx disparate...

     

    Bombyx disparate...

     

    Bombyx disparate...

     

    Bombyx disparate...

     

    Bombyx disparate...

    La chenille

    Bombyx disparate, Lymantria dispar L. (Lymantridae)...

     

     


    42 commentaires

  • J'ai découvert cette petite chenille égarée en ouvrant mon parasol... avant hier (hier et aujourd'hui, temps beurk !)
    Je me demande bien comment elle a fait pour arriver jusqu'ici ????
    Chenille de Bombyx disparate égarée dans mon jardin...

    Prise dans les plis bien serrés par une ficelle à cause du vent, Elle n'avait pas grand chose à grignotter...
    Je l'ai prise délicatement avec une brindille pour la déposer un peu plus loin, 
    mais pas de chêne à l'horizon près de mon jardin...
    Il lui va donc falloir se contenter d'autre chose si elle veut survivre ! 

    Chenille de Bombyx disparate égarée dans mon jardin...

    Elle s'agitait comme une diablesse, ce qui m'a permis de la voir s'en dessous.
    Amusantes ses petites pattes ! 
    Bon pas facile de la prendre en photo et en même temps prendre garde à ne pas la faire tomber.  

    Chenille de Bombyx disparate égarée dans mon jardin...

    Aller ma fille, accroche toi, on y va !

    Chenille de Bombyx disparate égarée dans mon jardin...

    Ce que tu es poilue tout de même  

     

    Ci-dessous le futur papillon
    Chenilles de Bombyx disparate (la Spongieuse - Lymantria dispar)

     

     


    23 commentaires
  •  

    Ils grossissent dur les bougres !!!!!!

     

     

    Portraits de Bombyx disparate...

     

    Portraits de Bombyx disparate...

     

    Portraits de Bombyx disparate...

     

     Ci-dessous le futur papillon

    Chenilles de Bombyx disparate (la Spongieuse - Lymantria dispar)

     

     

     


    20 commentaires
  • Tout commes les bombyx disparates, ces chenilles sont très nombreuses ces temps-ci dans les chênes verts.
    Curieusement, si elle fréquentent la même essence d'arbre, elles investissent les arbres par groupe, mais ne les partagent pas. 
    Malheureusement, je ne suis pas parvenue à trouver leur nom. 
    Désolée pour le flou (celui là est involontaire), mais il y avait du vent ! Grrrrrrr 

    Bien camouflée, à peine visible sur sa branche.

    Seules les petites taches rouges peuvent attirer l'attention.

    Une bien jolie tête...

     

    A l'approche, elle se redresse et s'enroule sur elle même...

    Puis, elle sécrète une goutte, probablement disuasive pour ses prédateurs.

     Ci-dessous le futur papillon

    Minucia lunaris - La Lunaire (Anua lunaris)

    La photo du papillon : Lepinet

     


    32 commentaires
  • Chenille de Bombyx disparate...

     

    Chenille de Bombyx disparate...

     

    Chenille de Bombyx disparate...

     

    Chenille de Bombyx disparate...

     

     Bref portrait du Bombyx disparate

    Cette chenille est en devenir d'un  des papillons parmi les plus célèbres : introduit aux États-Unis en 1872, il y est devenu, s’étant échappé des cages d’élevage, le ravageur forestier n°1, sous le nom de Gypsy Moth et est désormais présent partout dans l’Hémisphère nord. Il est parmi les plus étudiés : « pour la science » - fondamentale et appliquée - dans les domaines de la régulation de la mue, de la vision larvaire, des phéromones, des maladies d’insectes, des insecticides, de la lutte biologique, etc. et « pour lui-même » pour sa dynamique des populations, sa polyphagie et son polymorphisme, entre autres.

    Lors de ses pullulations, occasionnelles ou cycliques selon les endroits, ses chenilles provoquent au printemps des défoliations complètes qui s’étendent parfois sur des dizaines de milliers d'hectares. Le grouillement des chenilles est très spectaculaire et ne laisse pas d'inquiéter ; en fait, beaucoup d'arbres supportent cette attaque mais des défoliations répétées peuvent faire péricliter des forêts.

    De l'été au printemps suivant, l’espèce signale sa présence par ses pontes, plaques ovales clair, de quelques cm de grand diamètre, accolées au tronc ou cachées. Les chenilles très velues sont caractérisées par des taches de couleur (une étoile crème, des verrues bleues et d’autres rouges) sur un fond beige marbré de taches foncées variables mais symétriques. La chrysalide est un brun roux satiné, à peu près glabre. Elle est accrochée aux aspérités du liège dans un filet de soie très lâche. La femelle est beaucoup plus grosse que le mâle. Le dimorphisme sexuel est considérable chez les imagos (d’où le nom de l’espèce). Le papillon mâle, aux antennes bipectinées, est brun, svelte, bon voilier. La femelle, blanche, avec un gros abdomen, ne vole en principe pas, sauf dans les populations de type "asiatique" (cf. ci-dessous).

    Le cycle biologique de l’insecte est très simple : une seule génération par an. L’individu passe la majeure partie de sa vie sous forme de larve formée, en arrêt de développement dans l’œuf. Seules les chenilles - dont la croissance prend environ 2 mois - s’alimentent.

    La liste des espèces végétales dévorées par les chenilles comporte plusieurs centaines de noms, dont ceux de très nombreux arbres des régions tempérées : feuillus forestiers - avec les Chênes en premier lieu -, feuillus fruitiers - les Prunus - et feuillus d'alignement ; et conifères - du Mélèze au Pin de Monterey . 

    Les causes des fluctuations des effectifs en un même lieu (dynamique des populations) sont variées : 

    - action antagoniste des prédateurs (comme le Calosome sycophante en Corse, la Musaraigne à pattes blanches aux USA, les Coléoptères et Lépidoptère prédateurs-démanteleurs de pontes au Maroc,...), des parasitoïdes (comme Ooencyrtus kuvanae, agent de lutte biologique originaire du Japon, comme les "Apanteles" et les Tachinaires) ;

    - développement de maladies à champignon, à bactéries ou à virus dans les populations très denses ;

    - action favorable d'arbres en mauvaise condition et action antagoniste d'arbres stressés ou attaqués ;

    - action directe des conditions climatiques ; etc.

    Les entomologistes ont sagement renoncé à établir des modèles mathématiques généraux de dynamique des populations pour cette espèce.

    Les forestiers surveillent les fluctuations d'effectifs et déclenchent des traitements quand nécessaire, en privilégiant l'emploi d'un biopesticide, à base de  la bactérie Bacillus thuringiensis (Bt) ou en ayant recours à des insecticides spécifiques des larves d'insectes comme le diflubenzuron (perturbateur de la mue). Les virus sont parfois employés mais ils restent chers à produire.

    La lutte biologique "classique" a mobilisé et mobilise toujours des équipes de chercheurs, qui se consacrent surtout actuellement à un champignon du groupe des Entomophthorales, Entomophaga maimaiga, ainsi qu'aux Tachinaires.

    Notre Bombyx disparate est une espèce particulièrement dynamique, capable de s'adapter à des conditions variées de nourriture et de régulation des populations, qui fut très étudiée et qui l'est toujours car elle est aussi capable de réserver des surprises. Ainsi, ces dernières années, des papillons femelles volants ont été vus aux USA (côte ouest), correspondant à une immigration par bateau depuis l'Extrême-Orient. Des papillons femelles volants ont été également observés en Europe centrale et occidentale, faisant penser là aussi à un envahissement depuis la Russie de L. dispar d'un type nouveau. Mais, chez nous, il s'agirait en fait d'une augmentation de la fréquence du caractère "femelle volante" au sein de populations en expansion démographique, caractère trop rare pour être remarqué en conditions "normales".

    Et voilà pourquoi le Bombyx disparate est un sujet inépuisable, une bête passionante, et pourquoi il mérite cette niche sur la Toile francophone.

     

    Source : http://www.inra.fr/dpenv/ld.htm

     

    ☼☼☼


    Cette année la présence de ces magnifiques chenilles velues est assez impressionnante sur les chênes verts (elles peuvent passer inaperçues, mais si on observe, elles sont partout), et d'après une personne habituée à les cotoyer (sur le site préhistorique de Cambous à Viols en Laval), cette présence se renouvelle sur un cycle de dix ans. Cette année est la première du cycle ou le Bombyx est réellement présent, mais il devrait l'être encore plus l'an prochain et encore davantage l'année d'après pour quasiment disparaitre pendant six à sept ans.
    Il nous a expliqué que la prolifération des chenilles entraine la prolifération d'une variété de scarabés qui en sont les prédateurs, et que dans deux ans, il sera difficile de faire un pas sans en écraser.
    Cette année les chênes verts sont encore assez feuillus, mais dans deux ans, ils semble qu'ils seront assez "misérables", car quasiment totalement dépourvus de leurs feuilles après le passage de ces chenilles goulues.
    Je ne vais pas manquer de retourner régulièrement sur ce lieu afin de suivre leur évolution en espérant pouvoir photographier les papillons qui sont foncièrement différents pour le mâle et la femelle. Et puis, je les trouve magnifiques ces chenilles, alors elles vous disent à bientôt certainement !


    Ci-dessous le futur papillon
    Chenilles de Bombyx disparate (la Spongieuse - Lymantria dispar)

     

     


    43 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique