•  

    Voilà un véhicule qui me serait souvent bien utile ;-)

    Sur nos pas...

     

    Boîte aux lettres itinérante pour personne ayant la bougeotte ;-)

    Sur nos pas...

     

    « Apprendre à ignorer des choses est l’un des grands chemins vers la paix intérieure. »

    Robert J. Sawyer

     


    53 commentaires
  • ...avec les balles de fusil, une vieille boîte de conserve !
    Celle-ci doit être là depuis un certain nombre d'années...

    On trouve ça aussi dans la Garrigue...

     

    On trouve ça aussi dans la Garrigue...


    25 commentaires
  • Hommage ou trophée ?

     

     


    21 commentaires
  • Cimetière des navires de Landévennec

    Le cimetière des navires de Landévennec est un méandre de l'Aulne, situé à proximité de Landévennec, où sont stockés certains navires, en particulier de la Marine nationale française, en attente de démantèlement.

    Cimetière des navires de Landévennec

    L'Aulne forme, peu avant d'entrer dans la rade de Brest, un majestueux méandre, s'enroulant autour de l'Île de Térénez puis de la pointe de Pen Forn, qui accueille l'abbaye Saint-Guénolé. Les fonds y sont de plus de 10 mètres quelle que soit la marée. Les hauteurs environnantes abritent le site de quasiment tous les vents : le site est idéal pour la Marine. Seul le banc du Capelan, situé au sud de Logonna-Daoulas, dont les fonds remontant à moins de 5 mètres, passage obligé, empêche certaines très grosses unités d'accéder à cet endroit.

    Cimetière des navires de Landévennec   Cimetière des navires de Landévennec

    La Gallissionnière ICI 

    Cimetière des navires de Landévennec

    Vers 1840 est créée la Station Navale, visitée par Napoléon III et l'Impératrice Eugénie lors de leur voyage d'août 1858 en Bretagne. Cette station accueille les bateaux en réserve, dont les équipages (près de 200 marins) animent la vie du bourg de Landévennec.

    Cimetière des navires de Landévennec   Cimetière des navires de Landévennec

     

    Cimetière des navires de Landévennec
    Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande utilise les lieux et aménage certains navires. L'un d'eux, l'Armorique, vaisseau-école des Mousses, est sabordé en août 1944.

    Cimetière des navires de Landévennec

     

    Cimetière des navires de Landévennec
    De réserve de navires en bon état, le site devient cimetière des navires désarmés de la Marine nationale. Comme leurs confrères qui servaient de brise-lames devant le château de Brest ou servent encore devant l'école navale de Lanvéoc-Poulmic, ils attendent ici le chantier de démolition, à l'origine ils attendaient l'« océanisation » en haute mer, afin d'être utilisés pour des exercices de tirs de la Marine nationale, mais ceci n'est désormais plus autorisé.

    Cimetière des navires de Landévennec
    Le porte-avions Clemenceau n’a pas eu l’honneur de rejoindre Landévennec, malgré les souhaits de son maire. Le passage du banc du Capelan semble avoir découragé les pilotes.

    Cimetière des navires de Landévennec   Cimetière des navires de Landévennec

    En revanche, après avoir été quasiment vidé de tous ses occupants, le cimetière accueille deux des trois anciens brise-lames qui abritaient le futur « port du Château » de Brest, l'Enseigne de Vaisseau Henry et le Détroyat, arrivé début 2006, le cimetière accueille à nouveau en août 2006 deux brise-lames qui abritaient l'école naval de Lanvéoc-Poulmic, les escorteurs d'escadre Duperré et la Galissonnière. Le croiseur Colbert est embossé entre ces deux navires, il est arrivé en provenance de Bordeaux en juin 2007.

    En avril 2010 l'Ernest Brown, un ancien remorqueur quitte les lieux, pour être démolit à Brest après plus de dix ans de mouillage. En octobre 2010, le Kometa, hydroptère de construction soviétique, le Jaguar et le Kevrenn trois navires des Vedettes Armoricaines qui assurait la desserte d’Ouessant en saison et de Jersey quittent les lieux pour être démolis à Brest par Guyot Environnement, ils occupaient les méandres depuis plus de dix ans.

    Cimetière des navires de Landévennec

    Le Tourville rejoint le cimetière le 10 décembre 2012, il est désormais embossé, en amont du groupe de navires constitué notamment par la Galissonnière, le Colbert, le Duperré, l'Enseigne de vaisseau Henry et le Détroyat. En mai 2013, l'ex-barge Rascasse de la Direction générale de l'Armement, est remorquée jusqu'au Havre pour être démantelée par la société Gardet et de Bezenac, à la suite du plan de démolition de petites unités lancé par la Marine Nationale. Le 25 septembre 2013, le De Grasse rejoint le cimetière, il est désormais embossé avec le Tourville à son bâbord. Cela porte à treize le nombre de navires en attente de démolition.


    Juin 2006 : à l'arrière-plan, La Galissionnière à gauche et l'EV Henry à droite ; au premier plan, le Kometa, ancien hydroptère et la barge Rascasse. 

    2010 : le Colbert sur un coffre. Les escorteurs d'escadre La Galissionnière (à tribord) et le Duperré (à bâbord).

    Cimetière des navires de Landévennec
    Durant l'été 2014, quatre navires, La Galissonnière, le Duperré, l'Enseigne de Vaisseau Henry et le Détroyat devraient quitter les lieux pour le chantier de Gand, en Belgique, afin d'y être démantelés par le groupe franco-belge Galloo. Après ces départs, trois des quatre brises lames de Lanvéoc-Poulmic, le Duguay-Trouin, le Rhin et l'Aconit rejoindront l'anse de Penforn en août 2014, le Jean Moulin rejoindra lui le chantier de Gand pour y être également démoli. Le Tourville et le De Grasse présents dans le cimetière doivent les remplacer à Lanvéoc, ils seront accompagnés du Georges Leygues désarmé en 2013 et actuellement à Brest.

    Le 12 juin 2014, la marine annonce que le Colbert quittera les méandres de l'Aulne pour retrouver la Gironde, en effet il serra démantelé à Bassens, part les sociétés Bartin Recycling et Petrofer Société Nouvelle. Néanmoins il devrait rejoindre auparavant Brest pour être dépollué et préparé avant son remorquage.


    2013 : la coque du Duguay-Trouin actuellement utilisée comme digue de l'École navale à Lanvéoc-Poulmic.

    La Jeanne d'Arc ne se trouve pas à Landévennec, elle est toujours amarrée à Brest le long de la digue de la rade abri, côté port militaire. Elle est visible depuis la route de la corniche qui longe le port militaire. Elle disparaitra elle aussi du paysage pour rejoindre Bassens à la fin de l'année 2014 et subir le même sort que le Colbert par le même groupement d'entreprises.

    Cimetière des navires de Landévennec

     

     


    31 commentaires
  • De futures clôtures...

     

     


    14 commentaires
  • Pas que de la nature...

     

     

     


    23 commentaires
  •  

    Et les pattes des oiseaux alors ?????,

     

     


    10 commentaires
  •  


    15 commentaires