• Phasmatodea

     

     

     

     

    Les phasmatodea (phasmoptères en français) sont un ordre d'insectes.

    Les phasmes sont des insectes herbivores, se trouvant ainsi en bas de la chaîne alimentaire (on observe exceptionnellement des cas de cannibalisme en captivité en raison de la promiscuité des enceintes d'élevage). Leurs principaux prédateurs sont des oiseaux, de petits mammifères (Lémuriens, certains rongeurs…), des insectes (Mantes religieuses, fourmis, punaises…), et des araignées.

    Pour survivre, ils se fondent dans leur environnement en imitant à la perfection des brindilles (avec toutes leurs particularités : taille, nœuds, cicatrices des feuilles), des feuilles mortes ou vertes, voire des lichens. On parle dans ce cas d'homotypie et d'homochromie (respectivement "même forme, même couleur") et ce type de mimétisme est à l'origine de son nom vernaculaire : le « Bâton du Diable ». Ce camouflage est poussé jusque dans leur façon de se mouvoir, puisqu'ils se déplacent lentement, par à-coups, comme une branche ballottée par le vent. La plupart peuvent également rester parfaitement immobiles pendant des heures. Certaines espèces disposent en outre de moyens de défense, leurs glandes prothoraciques sécrétant alors diverses substances toxiques. Ceux-ci arborent parfois des couleurs aposématiques, ne se confondant pas dans l'environnement comme leurs cousins cités précédemment. Le phasme se nourrit de plantes diverses selon sa situation géographique, en élevage il est régulièrement alimenté sur des ronces, du lierre, du chêne, des fougères, etc..

    Les phasmes pondent des œufs de manière régulière à partir du moment où ils sont au stade adulte, les femelles pondent en moyenne 2 à 3 œufs par jour (fortement variable selon les espèces). La reproduction peut être sexuée, mais peut également se faire par parthénogenèse thélytoque, sans fécondation, ne donnant naissance qu'à des femelles. Ainsi, pour certaines espèces, aucun mâle n'a encore été trouvé, son inexistence étant possible. En élevage la ponte se fait toute l'année.

    Néanmoins, chez les phasmes rien n’est simple et hormis la reproduction sexuée classique et la parthénogenèse thélytoque, l’étude du groupe Bacillus (Scali et al 20031) a montré l’existence de 3 modes reproductifs supplémentaires que sont l’androgenèse (l’œuf ne contient que le génome mâle et on obtient des mâles et des femelles), la gynogenèse (pour ainsi dire quasiment l’inverse de l’androgenèse mais on n’obtient que des femelles) et l’hybridogenèse (mécanisme particulièrement complexe correspondant à des croisements naturels entre espèces proches).

    Les phasmatodea constituent un groupe qui, en plus des caractères communs aux taxons de rang supérieur, regroupe les caractères communs suivants :

    appareil buccal de type broyeur (herbivores), ce sont des phytophages ;
    jonction tête-thorax très marquée, avec une grande capacité articulaire de circumduction ;
    thorax divisé en trois parties (prothorax, mésothorax, métathorax) de manière distincte ;
    abdomen divisé en 10 segments ;
    jonction abdomen-thorax très peu mobile, chez certaines familles le premier segment abdominal est fusionné avec le métathorax ;
    présence d'une furca sur la partie ventrale du thorax ;
    5 tarses, et 4 pour les Timemidae[réf. nécessaire] ;
    pattes de type marcheuse, généralement longues et grêles, mais ceci n'est pas un caractère général (contre-exemple du genre Eurycantha) ;
    capacité d'autotomie (section réflexe d'une patte), et de régénération des membres au fil des mues durant les stades larvaires ;
    présence d'un organe pré-operculaire sur le 7e segment abdominal ;
    capacité de parthénogénèse (sauf quelques genres, par exemple Heteropteryx, Haaniella) ;
    ponte régulière (les œufs sont pondus jour après jour tout le long de la vie adulte, et non pondus tous en groupe) ;
    de manière générale, les phasmes sont un ordre d'insectes mimétiques, imitant la nature qui les environne. Ils peuvent ainsi ressembler à du lichen ou du bois (Eurycantha spp.), des brindilles de bois vert ou brun (Clonopsis gallica, Phobaeticus chani), ou des feuilles (Phyllium spp.) ;
    ils ont un développement de type Hétérométabole, et plus précisément paurométabole.

    Vernaculairement appelé « phasmes », ce taxon compte plusieurs milliers d'espèces (estimation de 2 500 à 3 000 espèces). Environ trois cents espèces se trouvent actuellement en élevage (ou ont été élevées). On trouve trois espèces sur le territoire français métropolitain, essentiellement dans la moitié sud du pays, et le long du littoral atlantique :

    Clonopsis gallica : le phasme gaulois (moitié sud du pays jusqu'en Bretagne)
    Leptynia hispanica : le phasme espagnol (midi méditerranéen)
    Bacillus rossius : le phasme de Rossi (midi méditerranéen)

    La majorité des espèces a une distribution tropicale et équatoriale (Asie, Amérique et Océanie). Ils sont plus rares en Afrique continentale. On trouve notamment de nombreuses espèces dans les départements d'outre-mer, notamment en Guyane française. Phobaeticus chani, la plus longue des espèces de ce groupe, vit sur l'île de Bornéo, dans la région du Sabah.

     

    Phasme

  •  Jeudi 1er décembre 2016, ce magnifique Phasme de baladait tranquillement au jardin.
    Taille : 20 cm

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui, je vous propose un petit jeu pour changer de la citation du jour ;-)

    Qui saura établir la ligne suivante à ces cinq premières lignes ?

    1
    11
    21
    1211
    111221
    ?


    Pour vous aider, faites au plus simple, ne cherchez pas à compliquer. 

    Si possible, et si vous avez une proposition, merci de la donner sur second message que je mettrai en ligne en fin de journée,
    histoire que chacun se creuse un peu la tête individuellement.


    Merci à tous ceux qui ont participé à ce petit casse-tête, et beaucoup d'entre vous ont trouvé la réponse.

    La voici donc en explications :

    Dans le principe, on
     lit la ligne du dessus par groupe de chiffre identique pour écrire la suivante en disant ce que l'on voit de cette manière :

    1 : on voit un 1 et on écrit 11
    11 : on voit deux 1 et on écrit 21
    21 : on voit un 2 et un 1 et on écrit 1211
    1211 : on voit un 1, un 2 et deux 1 et on écrit 111221
    111221 : on voit trois 1, deux 2 et un 1 et on écrit 312211
    312211 : on voit un 3, un 1, deux 2, deux 1 et on écrit 13112221
    Et ainsi de suite à l'infini...



    59 commentaires
  • Hérault (34)

    Phasme Pijnackeria masettii   Phasme Pijnackeria masettii

     

    Phasme Pijnackeria masettii   Phasme Pijnackeria masettii

     

     


    31 commentaires
  • Hérault (34)

    Phasme Pijnackeria masettii   Phasme Pijnackeria masettii

     

    Phasme Pijnackeria masettii   Phasme Pijnackeria masettii

     

    Phasme Pijnackeria masettii

     

    Phasme Pijnackeria masettii

     

     


    19 commentaires
  • Hérault (34)

    Phasme Pijnackeria masettii

     

    Phasme Pijnackeria masettii

     


    16 commentaires
  • Hérault (34)

    Phasme Pijnackeria masettii

     

    Phasme Pijnackeria masettii

     

    Phasme Pijnackeria masettii   Phasme Pijnackeria masettii

     

    Phasme Pijnackeria masettii

     

     


    11 commentaires
  • Hérault (34)

    Lien info ICI

    Phasme

     En haut, son exuvie encore accrochée à la brindille.

    Phasme

     

    Phasme

    Photos prise d'une main à main levée pendant que le Phasme escalade mon autre main. 
    Comme pour l'Empuse, elle est montée sur ma main simplement en lui présentant mes doigts devant la tête.

    Phasme

     

     


    27 commentaires
  • Au Paradis du Papillon - Sanguinet - Landes (40)

    Phasme Scorpion

     

    Phasme Scorpion

     

    Phasme Scorpion

    Photos prises derrière une vitre

     


    29 commentaires
  • Au Paradis du Papillon - Sanguinet - Landes (40)

    Phasme feuille (Philly)

     

    Phasme feuille (Philly)

     

     


    27 commentaires
  • Au Paradis du Papillon - Sanguinet - Landes (40)

    Phasme feuille (Philly)

     

    Phasme feuille (Philly)

     

     


    33 commentaires
  • Au Paradis du Papillon - Sanguinet - Landes (40)

    les Phasmes (feuille, bâton, écorce) se cachent dans la végétation en imitant une partie de leur plante nourricière.
    Leur durée de vie adulte va de un mois à un an et leur développement de cinq mois à deux ans.

    Phasmes   Phasmes

     

    Phasmes


    8 commentaires
  • Notre Dame de Londres - Hérault


    Le Phasme Pijnackeria masettii est présent dans le bassin méditerranéen, biotope sec avec de nombreux buissons.  
    Insecte très difficile à rencontrer à cause de son mimétisme parfait avec la nature.

    Le coït des phasmes peut durer 10 semaines ! (O.JUDSON)
    " Les Phasmides ou bacillus pondent des oeufs isolés qui sont projetés avec plus ou moins de force à des distances variables atteignant parfois un mètre. L'oeuf, à la sortie de l'oviducte demeure quelque temps dans une chambre de ponte, ovoïde, dont les parois fortement musclées par les prolongements basaux des valves supérieures et internes de l'oviscapte toujours assez réduit dans cette famille. Brusquement l'abdomen effectue un mouvement d'avant en arrière qui lance l'oeuf au loin" ( Andrée Tétry)

    Ce phasme effectue toutes ses métamorphoses avant la naissance, comme l’homme (Amétabolie). 
    A l’ image de la feuille, l’évolution chromatique de cet insecte va du vert tendre au printemps à la couleur feuille morte à la fin de sa vie. 
    Un mimétisme fidèle jusqu’au bout !

    " C'est en France que les premières études sur la parthénogenèse des phasmes ont été faites ; elles datent de 1896 et sont dues à l'abbé Dominique, qui fit ses premières observations aux environs de Nantes sur l'une de nos espèces françaises "Clonopsis gallica" (L.Chopard)

     

    Phasme Pijnackeria masettii mature

     

     


    32 commentaires
  • Notre Dame de Londres - Hérault



    Le Phasme Pijnackeria masettii mature est présent dans le bassin méditerranéen, biotope sec avec de nombreux buissons.  
    Insecte très difficile à rencontrer à cause de son mimétisme parfait avec la nature.
    J'ai déposé celui-ci sur un graminée, car il se trouvait sur le bras de Laurent alors que nous marchions dans les hautes herbes.

    Le coït des phasmes peut durer 10 semaines ! (O.JUDSON)
    " Les Phasmides ou bacillus pondent des oeufs isolés qui sont projetés avec plus ou moins de force à des distances variables atteignant parfois un mètre. L'oeuf, à la sortie de l'oviducte demeure quelque temps dans une chambre de ponte, ovoïde, dont les parois fortement musclées par les prolongements basaux des valves supérieures et internes de l'oviscapte toujours assez réduit dans cette famille. Brusquement l'abdomen effectue un mouvement d'avant en arrière qui lance l'oeuf au loin" ( Andrée Tétry)

    Ce phasme effectue toutes ses métamorphoses avant la naissance, comme l’homme (Amétabolie).
    A l’ image de la feuille, l’évolution chromatique de cet insecte va du vert tendre au printemps à la couleur feuille morte à la fin de sa vie.
    Un mimétisme fidèle jusqu’au bout !

    " C'est en France que les premières études sur la parthénogenèse des phasmes ont été faites ; elles datent de 1896 et sont dues à l'abbé Dominique, qui fit ses premières observations aux environs de Nantes sur l'une de nos espèces françaises "Clonopsis gallica" (L.Chopard)

    Phasme Pijnackeria masettii mature    Phasme Pijnackeria masettii mature

     

    Phasme Pijnackeria masettii mature

     

    Phasme Pijnackeria masettii mature    Phasme Pijnackeria masettii mature

     

    Phasme Pijnackeria masettii mature

     

    Phasme Pijnackeria masettii mature    Phasme Pijnackeria masettii mature

     

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique