• Spiritualité - Sagesse

    Monde de l'esprit et de sa vastitude...

  • Je vous souhaite à tous un très bon réveillon 
    en ces dernières heures de l'année 2014.

     

    Le gas qu'à perdu l'esprit

     

    Comme le dit maître Tsé on peut dire l’esprit vaste est le principe essentiel du Mahayana, nommée aussi la Voie de la Grandeur.
    Mais ce que n’a pas compris Zem c’est que l’esprit ne concerne pas le mental, mais l’ouverture du coeur.
    (En effet en orient, traditionnellement, l’esprit est situé au niveau du coeur).

    Le bouddhisme enseigne cette attitude intérieure d’aborder la pratique et la vie avec Grandeur.
    L’esprit y est considéré a priori, sans obstacle et dénué de peur. Cette approche fait que tout ce qu’on rencontre
    (contexte, événements, personnes…) est considéré comme un ferment d’éveil, rien n’est à rejeter ou à considérer comme négatif.
    Tout est déjà ici. La pratique n’est pas faite pour vivre mieux demain mais pleinement maintenant.
    Il n’y a rien à rejeter ou à exclure, on peut apprendre et comprendre de tout. Nous assumons tout ce qui nous arrive.
    Mais non seulement, on intègre toute situation, toute personne à notre vie, mais on les considère comme nécessaires à notre chemin.

     

    Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel 

    Avec l'aimable autorisation de mon ami d'esprit depuis de nombreuses années, Frédéric Baylot
    http://zemapprentimaitrezen.wordpress.com/

     


    32 commentaires
  •  

    Soyez à vous-même...

     

     


    39 commentaires
  •  

    Rëve éveillé

     

    « S’asseoir en zazen ne garantit pas que l’on se retrouvera en état de méditation. Il faut néanmoins passer par le stade de l’apaisement.
    Quand l’eau boueuse est agitée (pensée, jugement, désir etc..) elle reste opaque… sans agitation la boue se dépose au fond et l’eau
    devient transparente.

    Gudo Nishijima dit : « shikantaza , c’est juste s’asseoir en maintenant la colonne vertébrale droite. Ainsi si on se prend à penser, voire même à rêver ou
    à dormir pendant zazen, on se plonge à nouveau dans l’action de redresser la colonne vertébrale tout simplement ».

    Ryotan Tokuda lui préconise de mettre l’attention dans la position des mains.

    Dans les 2 cas l’action c’est juste agir pour nous ramener à notre simple assise qui est, elle, au-delà de l’attention, de la réflexion, du jugement etc… »

    Anshu.

     

    Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel

     

    Avec l'aimable autorisation de mon ami d'esprit depuis de nombreuses années, Frédéric Baylot
    http://zemapprentimaitrezen.wordpress.com/

     


    34 commentaires
  •  

    Rester en colère...

     

     


    35 commentaires
  •  

    ... Ça a une certaine importance… » (Boris Vian)

     

    « Arthur ! réfléchis, nom de d'là ! Ça a une certaine importance… » (Boris Vian)

     

    La personne qui s’engage sur la Voie de l’action commence par les exercices les plus simples, ce qui peut parfois exaspérer
    l’homme occidental. L’exercice sur la Voie n’est jamais assez simple. Valery écrit : « Il y a un art de marcher, un art de respirer ;
    il y a même un art de se taire. » Au cours de la pratique d’un exercice simple, la personne qui pratique est comme devant un miroir.
    Un miroir réfléchit exactement ce qui est devant lui. Ce qui fait qu’un exercice devient une réponse à l’injonction : « Connais-toi toi-même ! »
    Ce qu’apporte l’exercice, sur la Voie au projet socratique, c’est : « Connais-toi toi-même à l’instant. »

    La personne qui s’engage sur la Voie de l’action devra se défaire de l’idée de construire soi-même. La pratique du zen n’est pas un système de construction
    de soi mais une Voie de libération du vrai soi-même. Il s’agit de se défaire de ce qu’on a construit afin de libérer celui qu’on est déjà au plus profond de l’être.
    Le plus difficile, pour l’homme occidental qui aborde la Voie, c’est l’absence de raisonnement dans ce travail sur soi. Lorsque vous pratiquez un exercice,
    « glissez-vous dans le sentir », dit le maître zen. Souvent il ajoute, en souriant : « Ne pas réfléchir… sentir ! C’est difficile, n’est-ce pas ? »
    Oui, au début de la pratique c’est difficile ; une bonne raison pour s’exercer. (Jacques CASTERMANE).

    Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel

     

    Avec l'aimable autorisation de mon ami d'esprit depuis de nombreuses années, Frédéric Baylot
    http://zemapprentimaitrezen.wordpress.com/

     


    27 commentaires
  • Doutez...


    37 commentaires
  •  

    J'espère que chacun de vous a vu ses rêves comblés par le passage de ce Cher Père Noël...
    Et pour ceux qui, hier soir auront peut-être un peu abusé des bonnes choses wink2

     

     

    « Il n’est jamais problème qui n’ait un cadeau pour toi entre ses mains.
    Tu cherches des problèmes parce que tu as besoin de leurs cadeaux. »

    Richard Bach

     

    « Le meilleur jour de votre vie est celui quand vous décidez que votre vie vous appartient.  Aucunes excuses.
    Personne pour approuver, sur qui compter ou blâmer.  
    Le cadeau est vôtre – c’est un voyage étonnant – et vous seul êtes responsable de sa qualité.  
    C’est vraiment le jour où votre vie commence. »

     

    « Ouvre ton coeur à la vie et rends-toi disponible à ses cadeaux. ».

     

    Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel

     

    Avec l'aimable autorisation de mon ami d'esprit depuis de nombreuses années, Frédéric Baylot
    http://zemapprentimaitrezen.wordpress.com/

     

     


    34 commentaires
  •  

    Très joyeux Noël à vous.

     


    Une pensées à ceux qui sont dans la solitude ou dans la maladie,
    mais aussi à ceux qui n'ont plus rien.

    En espérant que l'impermanence leur offrira un futur plus auspicieux.
    Ne les oublions pas !


    L'impermanence...

     

     


    36 commentaires
  •  

    Pour le bouddhisme un narcissisme sain est un oxymore. Le narcissisme est un mal nécessaire à la condition humaine. L’ego en
    tant que sujet voudrait être sûr de ce qu’il est, mais il ne peut pas. Il est donc amené à se leurrer.
    L’éveil c’est comprendre l’absence en soi de vrai soi (vacuité). Cette vacuité surgit avec une prise de conscience de ces
    manifestations et non par l’obtention d’une personnalité plus « authentique ». C’est une démarche d’abandon et non pas l’acquisition de
    quoi que ce soit. C’est la capacité de prendre conscience de représentations de soi-même sans en créer de nouvelles.
    Chaque fois que nous nous découvrons en train de pénétrer sur un territoire narcissique (JE suis UNIQUE et PERMANENT)
    nous sommes en mesure de reconnaître ce terrain sans chercher automatiquement une autre solution.

    Zem est publié toutes les semaines sur le portail international du bouddhisme : Buddhachannel

     

    Avec l'aimable autorisation de mon ami d'esprit depuis de nombreuses années, Frédéric Baylot
    http://zemapprentimaitrezen.wordpress.com/

     

     


    8 commentaires
  • Saint Vincent de Tyrosse - Landes (40)

    Paix du Bouddha

     

    Paix du Bouddha

     

     


    17 commentaires
  • L'hiver a déposé son manteau...

     

     


    15 commentaires
  • Au bout de la passion...

     

    Au bout de la passion...

    Aucun esprit blasphématoire ni irrespectueux  dans ces clichés, juste la beauté.

     


    23 commentaires
  • Lungta 

    Quelques prières et pensées, envoyées au vent, pour tous ceux qui passeront cette soirée de réveillon de Noël
    dans la rue, la faim au ventre, seuls ou dans la maladie, parfois dans une chambre d'hôpital...
    Pour tous ces parents qui ce soir n'auront pas eu juste de quoi offrir un petit cadeau à leurs enfants parce
    qu'ils ne peuvent tout simplement déjà pas faire face à leur facture d'électricité et qui passeront cette
    soirée dans le froid si "les Robin des bois" ne sont pas passés par là. M
    ais aussi pour tous ceux qui dans
    le monde vivent sous la menace des bombes, de la folie humaine, dans la souffrance d'un enfant assassiné, 
    dans la perte d'un être cher, dans l'injustice, dans le rejet, dans l'oubli,
    dans la persécution, dans le harcèlement, dans la torture aussi...


    Parce que oui, malheureusement toutes ces choses existent, même si elles sont plus ou moins éloignées de nos vies.


    Une pensée (même si je sais qu'elle n'aura que peu de réconfort) à tous ceux qui souffrent ce soir et aussi...
    tous les autres jours.

    Je n'attends pas la fin d'année et ces jours festifs pour penser aux autres,
    mais je sais aussi que c'est une période ou ces oubliés se sentent encore un peu plus oubliés...

    Et si nous commencions par nous offrir des sourires (même virtuels) et un peu de courtoisie...
    plutôt que des comportements froids, impersonnels, sans aucune cordialité. 
    Cela ne changerait certes pas la face du monde,
    mais cela offrirait peut-être au moins un peu de chaleur aimable autour de nous.
    Juste dans "l'être", finalement, et dans la pleine conscience que d'autres existent et ressentent autour de nous.

    Lungta...

     

    Lungta

     

    Lungta...

     

    Moi, je file un rancard
    A ceux qui n'ont plus rien
    Sans idéologie, discours ou baratin
    On vous promettra pas
    Les toujours du grand soir
    Mais juste pour l'hiver
    A manger et à boire

    A tous les recalés de l'âge et du chômage
    Les privés du gâteau, les exclus du partage
    Si nous pensons à vous, c'est en fait egoïste
    Demain, nos noms, peut-être grossiront la liste

    Aujourd'hui, on n'a plus le droit
    Ni d'avoir faim, ni d'avoir froid
    Dépassé le chacun pour soi
    Quand je pense à toi, je pense à moi
    Je te promets pas le grand soir
    Mais juste à manger et à boire
    Un peu de pain et de chaleur
    Dans les restos, les restos du cœoeur

    Autrefois on gardait toujours une place à table
    Une soupe, une chaise, un coin dans l'étable
    Aujourd'hui nos paupières et nos portes sont closes
    Les autres sont toujours, toujours en overdose

    J'ai pas mauvaise conscience
    Ça m'empêche pas d'dormir
    Mais pour tout dire, ça gâche un peu le goût d'mes plaisirs
    C'est pas vraiment ma faute si y'en a qui ont faim
    Mais ça le deviendrait, si on n'y change rien

    J'ai pas de solution pour te changer la vie
    Mais si je peux t'aider quelques heures, allons-y
    Y a bien d'autres misères, trop pour un inventaire
    Mais ça se passe ici, ici et aujourd'hui

    Aujourd'hui, on n'a plus le droit
    Ni d'avoir faim, ni d'avoir froid
    Dépassé le chacun pour soi
    Quand je pense à toi, je pense à moi
    Je te promets pas le grand soir
    Mais juste à manger et à boire
    Un peu de pain et de chaleur
    Dans les restos, les restos du cœoeur

    Jean-jacques Goldman


    21 commentaires
  •  

     


    9 commentaires
  •  

     


    6 commentaires
  •  

    La bataille contre l’ignorance se gagne tous les jours,
    et elle finit par ouvrir sur des perspectives insoupçonnées. 

    Dalaï Lama

     

     


    10 commentaires
  •  

    Croire qu'il suffirait d'abandonner tout progrès matériel pour surmonter nos problèmes,
    voilà qui serait un peu hâtif. Ce serait ignorer les causes sous-jacentes
    de ces difficultés. En outre, le monde moderne offre maintes raisons d'être optimisé.

    Le XIV° Dalaï Lama

     

     


    20 commentaires

  • L'idéal de la vie n'est pas l'espoir de devenir parfait,
    c'est la volonté d'être toujours meilleur.

     Ralph Waldo Emerson

     


    24 commentaires
  •  

    Pour savoir comment aimer les autres, il faut d'abord savoir ce que signifie s'aimer soi-même.
    L'altruisme, ce n'est pas simplement s'oublier. C'est surtour réfréner les sentiments egoïstes qui nous poussent à exploiter autrui ou à lui faire du tort.
    En général, il est tout à fait négatif de manquer d'estime pour soi ou de se détester. Une telle disposition est fort regrettable et ne peut mener à rien de positif.

    Le XIV° Dalaï Lama




    8 commentaires
  •  


    4 commentaires
  • Losar 2012

     

    Le nouvel an tibétain donne lieu à une fête familiale qui est la plus importante de l’année.

    Les cérémonies rituelles évoquent l'abandon de ce qui est ancien et/ou mauvais, le renouveau et la quête du sens de la vie.

    Les moines invoquent Bouddha et se livrent à des danses rituelles.

    Au tibet, pendant toute la semaine, se succèderont courses hippiques, théâtres et carnavals.

    Les familles apportent offrandes et encens sur les collines des environs du Potala à Lhassa

    En 2012, nous entrons dans l'an 2139, année du dragon.

     

    Losar 2012

    Losar 2012

     

    Losar 2012

     

    Losar 2012

     

    Losar 2012

     Tashi Delek

     

     


    12 commentaires
  •  


    3 commentaires
  •  

     

     


    18 commentaires
  •  


    4 commentaires
  • Sérénité...

     


    4 commentaires
  •  


    4 commentaires
  •  

     

     

     

     

     


    15 commentaires

  • 17 commentaires
  •  

     


    18 commentaires