• Sturnidae

    Les Sturnidae (ou sturnidés en français) sont une famille de passereaux constituée de 30 genres et de 115 espèces existantes.

    Dans la classification de Sibley et Monroe, la famille des sturnidés englobe les sturnidés sensu stricto (étourneaux, martins, mainates et merles métalliques qui constituent la tribu des sturninis) mais aussi les 34 espèces de moqueurs autrefois classées dans la famille des mimidés, devenue tribu des miminis.

  • Choucador pourpré - Lamprotornis purpureus - Purple Starling

    Fiche info ICI

    Choucador pourpré

     

    Si nous peinons à trouver l'harmonie dans le rythme trépidant de la vie moderne, c'est que nous sommes distraits par le bruit,
    l'agitation et le mouvement permanent. Ces soubresauts d'activisme peinent à faire sens, car qui sait ?
    L’agitation a tendance à nous éloigner de nous-mêmes, le mouvement à nous détourner de la saine quiétude et le bruit de
    cette nécessité intérieure qu'est le repos conjugué du corps et de l'esprit. Rejoignons cet espace de vacuité
    où nous demeurons accessibles aux strates supérieures de la vie. Œuvrons pour apaiser toutes choses en nous,
    et recueillir ce silence qui est nectar pour le cœur, quand le bruit finit par s'immiscer comme un poison et par gagner tout notre être.

    Pensées revigorantes
    De François Garagnon

     


    55 commentaires
  • Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris - Common Starling

    Hérault (34)

    Fiche info ICI

     

    Étourneaux sansonnets juvéniles

    Ici, un champ ou étaient éparpillés environ une vingtaine de balles de foin.
    Sur chacune d'elles une quantité impressionnante de ces oiseaux qui me semblaient bien être des Etourneaux Sansonnet,
     mais le doute m'a pris en visualisant les photos... Pas un seul adulte parmi eux !
    Un phénomène que j'observais pour la toute première fois.

    Du coup, j'ai demandé l'avis de Nath, grande passionnée des oiseaux et que je remercie au passage (Blog ICI)
    qui m'a bien confirmé leur identité en me disant :


    "Ce sont bien des étourneaux. Lorsque les jeunes sont autonomes ils se regroupent avec d'autres jeunes, ainsi ils

    peuvent se retrouver à plusieurs groupes d'oiseaux et former de belles colonies. Sans les vieux hi hi hi !"

    Étourneaux sansonnets juvéniles

     

    Étourneaux sansonnets juvéniles   Étourneaux sansonnets juvéniles

     

    Étourneaux sansonnets juvéniles   Étourneaux sansonnets juvéniles

     

    Étourneaux sansonnets juvéniles

     

    Étourneaux sansonnets juvéniles   Étourneaux sansonnets juvéniles

     

    Étourneaux sansonnets juvéniles

     

    Étourneaux sansonnets juvéniles

    Foin ou paille ?

    Le foin est un fourrage constitué d'herbe séchée et destiné à l'alimentation des animaux domestiques herbivores durant la mauvaise saison.

    La composition du foin peut varier selon les usages. La plupart des éleveurs de chevaux préfèrent utiliser un foin composé
    d'un mélange de luzerne, fléole des prés ou d’autres graminées comme le brome ou le dactyle. Les acheteurs de foin pour les
    bovins laitiers apprécient les légumineuses (luzerne, trèfle, lotier) en raison de leur niveau élevé d’énergie et de protéine.

    La qualité du foin, qu'il s'agisse de sa valeur nutritive ou de sa digestibilité, est très variable. Elle dépend de plusieurs facteurs, notamment :
    - du stade de fauchage des herbes. Pour avoir la meilleure qualité énergétique, l'herbe doit être fauchée avant qu'elle soit épiée
    c’est-à-dire que les graines ne soient sorties de leur gaine.
    - des conditions de récolte
    - de la qualité du séchage (en extérieur d'abord, et éventuel affinage en grange, modernisée selon une méthode née dans
    les montagnes françaises, suisses et autrichiennes, et en cours d'extension dans l'Ouest de la France1);

    Ces conditions pouvant être contrariées par des conditions climatiques défavorables.


    La paille est la partie de la tige de certaines graminées, dites céréales à paille (blé, orge, avoine, seigle, riz), coupée lors de la moisson.
    Une fois récoltée, la paille peut avoir plusieurs types d'utilisations :

    - essentiellement en litière pour animaux (chevaux, bovins, Rongeurs et ovins), et former ainsi la base du fumier ;
    - alimentation pour les ruminants (*), seuls animaux d'élevage capables de digérer la cellulose, grâce à l'activité microbienne de la panse.
    C'est un fourrage utile en cas de pénurie de foin dans les pays d'élevage, notamment pendant les périodes de sécheresse et
    donc de fenaisons médiocre. De valeur nutritive faible, elle doit être associée à une alimentation protéique et sucrée.
    - protection du sol, sous forme de paillis, notamment en horticulture. Elle est concurrencée dans cet emploi par d'autres matériaux,
    comme l'écorce de pin, voire les films et tissus en matière plastique… ;
    - source d'énergie, soit directement comme combustible (restituant ainsi 6 à 7 fois plus d'énergie que n'en requiert sa fabrication),
    soit via des procédés de transformations donnant des carburants de meilleure qualité : biogaz par fermentation,
    charbon de bois par pyrolyse ou (à l'étude) éthanol ;
    - paille, matériau de construction - soit en tant que fibres, longues ou hachées dans les techniques du torchis, de l'adobe ou de la
    bauge soit en tant que bottes dans les techniques de construction en paille ou de chaume.
    - isolant thermique. La construction et l'isolation sont liées lors de la construction de maison en ballot de paille : technique murs
    porteurs (dite Nebraska), ossature bois/remplissage paille (Techniques Plateforme, du GREB ou autrichienne…). On estime à plus de 4 000
    les habitations construites en bottes de paille[Où ?], et les plus vieilles ont cent ans ;
    - la paille, riche en cellulose, peut servir de matière première pour la fabrication de papier (notamment la paille de riz) ;
    - la paille de riz est la matière première utilisée pour fabriquer les tatamis ;
    - vannerie (chapeau de paille…), en art (marqueterie de paille),
    - taxidermie (matériau de remplissage)…
    - amendement : Elle peut aussi être enfouie dans le sol, ce qui évite les opérations de récolte et de transport,
    relativement coûteuses, surtout dans les régions céréalières sans élevage (comme le bassin parisien), et permet d'apporter
    au sol une quantité importante de matière organique, et ainsi l'enrichir en humus. Dans ce cas, on procède généralement
    de façon superficielle, souvent à l'aide de charrue à disque, ou déchaumeuse, pour accélérer la décomposition de la paille,
    avant le labour d'automne.
    - brûlis : Dans certains cas, elle sera brûlée sur place.

     (*) Un ruminant (sous-ordre des Ruminantia ou Sélénodontes) est un mammifère herbivore polygastrique dont la digestion a
    totalement ou partiellement lieu au travers d'un processus de remastication de l'alimentation après son ingestion.
    Il est aussi caractérisé par ses membres qui ne possèdent que deux doigts.

    La rumination est une fonction physiologique caractéristique des ruminants correspondant au retour des aliments du rumen
    vers la bouche pour y être mâchés et imprégnés de salive. Il existe cependant, d'autres animaux n'appartenant pas au sous-ordre
    des Ruminantia qui ruminent, par exemple les Tylopoda (Tylopodes).

    Liste des animaux ruminants ICI


    46 commentaires
  • Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris - Common Starling

    Gard (30)

    Fiche info ICI

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

     


    49 commentaires
  • Choucador pourpré - Lamprotornis purpureus - Purple Starling

    Fiche info ICI

    Villars les Dombes - Ain (01)

    Choucador pourpré

     

    Choucador pourpré

     

     


    25 commentaires
  • Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris - Common Starling

    Languedoc-Roussillon

    Fiche info ICI

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet   Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet   Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

    Tamron 150-600mm à main levée

     


    43 commentaires
  • Choucador pourpré - Lamprotornis purpureus - Purple Starling

    Fiche info ICI

    Villars les Dombes - Ain (01)

    Choucador pourpré

     

    Choucador pourpré

     

     


    19 commentaires
  • Choucador pourpré - Lamprotornis purpureus - Purple Starling

    Fiche info ICI

    Villars les Dombes - Ain (01)

    Choucador pourpré

     

    Choucador pourpré

     

    Choucador pourpré

     

    Choucador pourpré

     

     

     


    33 commentaires
  • Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris - Common Starling

    Les Saintes Maries de la Mer - Bouches du Rhône (13)

    Fiche info ICI

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

     


    20 commentaires
  • Saintes Maries de la Mer - Bouches du Rhône (13)

    Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris - Common Starling

    Fiche info ICI

     

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

    Étourneau sansonnet

     

     


    62 commentaires
  • Etourneau Sansonnet en clé de sol

    Saint Vincent de Tyrosse - Landes (40)

    Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris - Common Starling

     

    Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris - Common Starling

     

     


    10 commentaires
  • Notre Dame de Londres - Hérault

    Je ne suis pas très certaine de cette identification, si quelqu'un à une autre idée, n'hésitez pas...
    Voir ICI

    Non identifié

     

     


    11 commentaires
  • Palavas - Hérault

    Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris

     

    Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris    Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris

     

     


    10 commentaires
  • Couple d'Étourneaux sansonnets - Sturnus vulgaris

     

     


    19 commentaires
  • Ordre : Passériformes - Famille : Sturnidés

    Le Méjean - Lattes - Hérault

    Étourneau sansonnet - Sturnus vulgaris

     

     


    13 commentaires
  • Rouge gorge...

     

     

     

     


    15 commentaires
  • Au petit matin, ils ont fait un passage au dessus de la maison...
    Arrivée en douceur...

    Vol d'étourneaux sansonnets...

    Puis le gros de la troupe...

    Vol d'étourneaux sansonnets...

    Ils s'approchent dans une légère descente...

    Vol d'étourneaux sansonnets...

    Puis la fin de la troupe et disparaissent dans un nuage sur l'horizon. 

    Vol d'étourneaux sansonnets...

     

     


    38 commentaires
  • Infos ICI

    Étourneau sansonnet...

     

    Étourneau sansonnet...

     

    Étourneau sansonnet...

     

    Étourneau sansonnet...

     

     

     


    20 commentaires
  • Etourneau Sansonnet...

     

    Etourneau Sansonnet...

     


    17 commentaires
  • Etourneau Sansonnet...

     "Vous ne pouvez empêcher les oiseaux de chagrin de survoler vos têtes,
    mais vous pouvez les empêcher d'y construire leur nid."

    Proverbe Chinois

     


    2 commentaires
  •  

     

    Identification : L'étourneau sansonnet en plumage nuptial a des plumes noires irisées. On peut voir des plumes brillantes violettes et vertes sur tout son corps. Il ressemble à un merle noir, mais il a une queue courte et carrée, et des ailes pointues et triangulaires. Les ailes et la queue sont noires. Le bec est jaune avec la base gris-bleu chez le mâle, et rosâtre chez la femelle.
     En plumage d'automne, les plumes sont ourlées de blanc et de chamois, donnant à l'oiseau un plumage tacheté. Le bec devient gris foncé ou noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brun-roux.
     Les deux sexes sont semblables, mais la femelle apparaît plus tachetée que le mâle et a les yeux plus clairs. Le mâle a aussi les plumes plus longues sur la gorge.
    Le juvénile est gris-brun plus terne.

    Chant : L' Étourneau sansonnet pisote. Très en voix à certaines périodes de l'année. Les mâles chantent n'importe quand, sauf pendant leur mue d'été. Leur chant varie des sifflets mélodieux, des cris rauques jusqu'aux imitations réussies de sons tels que les chants d'autres oiseaux, les téléphones, les carillons de porte et les klaxons.
     Ils sont capables d'imiter les cris d'autres espèces d'oiseaux.

    Habitat : L'étourneau sansonnet vit dans des habitats très variés, zones boisées ouvertes, lisières de forêt, jardins, villes, falaises côtières, semi-déserts et cultures. C'est un oiseau des terrains bas.
     Il est résident ou partiellement migrateur dans la majeure partie de son habitat, avec quelques populations qui bougent vers le sud pour hiverner.
     
    Comportements : L'étourneau sansonnet est souvent vu en grands groupes, excepté durant la saison de reproduction. Les grands groupes sont une forme de protection contre les prédateurs. Ils sont très grégaires, se reproduisant et se nourrissant en groupes, et migrant en masse.
     L'étourneau sansonnet est omnivore, et peut s'adapter à toutes sortes de nourritures. L'introduction de l'espèce en Amérique du Nord a entraîné le déclin des autres espèces d'oiseaux nichant dans des cavités, avec le nombre croissant d'étourneaux et leurs comportements agressifs.
     La parade nuptiale comprend des ondulations des ailes par le mâle pour attirer la femelle. Il chante aussi dans le nid décoré pour impressionner sa partenaire.
     L'étourneau sansonnet vit près des humains dans les zones urbaines. Il peut devenir une réelle nuisance à cause du bruit et des fientes sur les lieux de repos.
     
    Vol : L'étourneau sansonnet effectue des vols droits et directs, avec de rapides battements d'ailes, alternant avec de courts glissés. Les grands groupes bougent comme une seule unité.
     
    Nidification : Pour nicher, l'étourneau sansonnet préfère les sites élevés, jusqu'à 15 m, dans les maisons, les arbres, sur les falaises, parfois sur le sol si les trous sont rares ailleurs. Il rassemble de grandes quantités de matériaux si la cavité est grande : les plus grands nids peuvent atteindre plus d'un mètre de diamètre. Les feuilles vertes ajoutées au nid pourraient servir à repousser les insectes.
     Ponte : la femelle pond 4 ou 5 oeufs blanc pâle uni et brillant par couvée. Les poussins sont nidicoles. Ils sont nourris par les deux parents, d'abord avec de la nourriture animale. Les parents nettoient le nid en enlevant les sacs fécaux.
     Les jeunes quittent le nid au bout de 21 à 23 jours, et les parents les nourrissent pendant quelques jours encore. Quand ils sont indépendants, les jeunes se rassemblent en groupes avec d'autres jeunes oiseaux.
     Les premières portées sont plus importantes que celles de remplacement. Les femelles, qui sont les seules à couver, restent au nid pendant 12 jours. Les premiers oeufs sont pondus début avril. Les derniers jeunes arrivent à maturité en juillet. Les jeunes muent à la fin de l'été et en automne.
     
    Régime : C'est une espèce omnivore. Il peut être présent en bandes nombreuses dans les endroits où la nourriture est abondante (décharges, poubelles, mangeoire à bétail, vergers et mangeoire de jardin). La nourriture naturelle comprend des pommes, des cerises, des chenilles, des larves de tipules, des fourmis volantes.
     Les oiseaux côtiers se nourrissent de mollusques et de crustacés.

    Protection / Menaces : Les grands groupes bruyants peuvent devenir une sérieuse source de nuisances. Ils dorment dans des arbres qu'ils abîment. Leurs fientes endommagent les voitures et d'autres produits avec l'acide urique qu'elles contiennent.
     Le problème le plus courant est associé aux nids d'étourneaux dans les immeubles. Ces oiseaux sont des vecteurs de réintroduction des acariens et autres nuisibles envahisseurs d'immeubles. Ils transmettent aussi des organismes nuisibles aux humains et aux stocks de produits frais.
     L'exclusion est toujours la meilleure solution à ces nuisances, en fermant les grandes ouvertures de diverses manières, pour éviter l'implantation des nids.
     
    Sources :
    ◦IOC World Bird List (v2.10), Gill, F and D Donsker (Eds). 2011.


    21 commentaires
  •  

     


    32 commentaires
  • Tranches de vie d'un Australian Shepherd


    votre commentaire