•  





    Que dit la loi en ce qui concerne l'éducation canine ?

    D'après le décret n° 2004-416 :

    "Aucun animal de compagnie ne doit être dressé d'une façon qui porte préjudice à sa santé et à son bien-être, notamment en le forçant à dépasser ses
    capacités ou sa force naturelles ou en utilisant des moyens artificiels qui provoquent des blessures ou d'inutiles douleurs, souffrances ou angoisses."

    "L’exercice des activités d’éducation, de dressage ou de présentation au public dans des conditions et avec des méthodes ou accessoires pouvant
    occasionner des blessures, des souffrances, du stress ou de la peur est interdit". 

    Un autre lien sur se sujet : ICI

    Extrait qui résume tout concernant l'utilisation de cet instrument :

    "Pourquoi le collier électrique est à bannir dans le dressage du chien ? Pour la simple
    et bonne raison
    qu'il s'agit d'un instrument de torture uniquement là pour compenser l'incompétence humaine".



    Mon indignation et coup de gueule sur ce sujet, qui je dois le dire, parvient à me vriller furieusement les nerfs : 

    AUCUN ÉDUCATEUR CANIN (sérieux et qualifié) ne préconise ces colliers comme étant une manière d'éduquer son animal, et pourtant, si cela
    se vend, cela signifie que des gens l'achètent ! Les arguments positifs ne sont donnés QUE dans un but commercial et sont totalement éhontés !!!
    Une pétition contre ces colliers circule ICI depuis le 28/09/2015 et n'a recueilli que 6.879 signatures à ce jour, c'est assez tristement parlant !
    (vous pouvez encore la signer, il n'est jamais trop tard pour bien faire ;-)

    Certains humains se donnent vraiment tous les droits ! Y compris celui de vouloir modeler son animal compagnon à sa manière (en prétendant l'aimer)
    par un système lui infligeant de la souffrance pour soit disant y parvenir. Or, les animaux n'ont absolument pas les mêmes perceptions de ce que nous,
    humains, considérons comme des "mauvais" comportements. Il n'y a donc là aucun respect, ni de son identité ni de sa propre sa nature. Idem pour les
    mutilations de "confort" (castration dans le but de rendre son chien plus docile) ou d'esthétique selon la vision humaine (couper la queue ou les oreilles).

    Ceux qui utilisent ce collier de torture ont-ils eu seulement l'idée de se coller ledit instrument autour du cou et de s'envoyer une décharge, juste pour voir ?
    L'envisager, déjà, ça peut aider dans nos choix et nous permettre d'agir avec plus de discernement... Cela s'appelle l'empathie (capacité de s'identifier
    à autrui dans ce qu'il ressent), d'autant que plus personne à présent ne peut continuer d'ignorer que les animaux sont eux aussi des êtres sensibles.
    Alors, que ces personnes qui achètent ce collier le testent sur eux-mêmes, ils vont bien ressentir  !!!!! Cela leur évitera peut-être de faire n'importe quoi !
    Vous pouvez aller voir sur You Tube pour vous donner une petite idée de ce test, il y en a qui l'ont fait ;-) Pour ma part, je n'en aurais pas eu besoin
    pour le comprendre, cela me semble tellement évident ! Personnellement recevoir une décharge électrique, franchement ce n'est pas mon truc !
    Ça m'est déjà arrivé : je n'ai pas aimé ! Bizarement, j'imagine que ceux qui ont vécu cette expérience n'ont pas aimé non plus.
    Mais aller... si le chien ne fait pas ce qu'on attend de lui, une décharge électrique pour le corriger (tout en ne lui donnant pas l'impression d'être le ou la
    responsable de cette souffrance qui lui est infligée) et qui lui atteint tout l'organisme (donc aussi le cerveau), en quoi cela peut-il lui faire du mal ???

    En qu'on ne me fasse pas de carabistouilles en prétendant que les poils atténuent cette décharge, c'est parfaitement faux ! 
    Les poils, tout comme les cheveux sont conducteurs d'électricité !


    Cet instrument est à mon sens aussi traumatique et barbare que l'utilisation du tord-nez pour les chevaux pour parvenir à faire un soin.
    En arriver à ces extrémités avec son animal induit peut-être que le propriétaire a lui-même un problème comportemental avec lui et non le contraire. 

    La première des choses à faire quand on ne s'en sort pas seul dans l'éducation ou dans les soins nécessaires à donner à l'animal dont on a, à priori,
    délibérément choisi de prendre soin, serait donc éventuellement de consulter un comportementaliste et éducateur qualifié (pratiquant de préférence
    l'éthologie), et de ne pas s'improviser soi-même "éducateur canin" en empirique. C'est comme tout le reste, cela s'apprend quand on ne sait pas ! 
    Ceci de manière à comprendre son langage et ainsi, à parvenir à ce qu'il se sente en confiance et donc en sécurité, évitant ainsi de commettre des
    erreurs de jugement aux conséquences désastreuses. Certes, cela induit un financement (d'autant que généralement une seule séance ne suffit pas...
    à éduquer le compagnon humain), mais il existe également de nombreux ouvrages sur le sujet (spécialisés pour canins, félins, équins...) pouvant
    véritablement aider à la bonne compréhension de sa nature, et ce à moindre coût. C'est réellement préférable que de penser qu'on sait... quand on ne
    sait pas, et surtout, dans la mesure où il s'agit d'une relation avec un autre être vivant connaissant aussi la peur, le stress, la souffrance, le plaisir...  

    Considérer l'animal comme un partenaire plutôt que comme un objet de dressage produit généralement une série de déclics qui mène directement
    à la complicité plutôt qu'à l'oppression. Ceci étant à mon humble avis, valable pour tout animal avec lequel nous instaurons et édifions une relation.
     
    En ce qui concerne le cheval, il n'est malheureusement pas encore considéré dans son statut juridique comme étant un animal de compagnie 
    mais comme étant un  "animal de rente" (l’animal de rente est celui qui est élevé pour sa production bouchère, l’animal de compagnie est défini
    comme « tout animal détenu ou destiné à être détenu par l’homme pour son agrément » (article L.214-36 du Code rural). Le cheval ne bénéficie 
    donc pas encore des lois de protection pourtant bien méritées. Un tel changement de statut risque il est vrai, de déclencher un tollé dans le milieu
    de la compétition équestre, mais cavalière moi-même, je suis convaincue (par expérience et ce, quelque soit le passé de l'animal) que tout est
    possible dans le respect et la confiance mutuelle, même si cela demande parfois beaucoup de temps et de patience. Un cheval n'est pas une
    paire de skis ni un vélo... Il s'agit avant tout juste d'une question d'éducation du cavalier, menant à une éducation éthique et sereine de l'animal,
    ce que certains, heureusement, ont déjà bien compris ;-)


    Pétition pour le changement de statut juridique pour les chevaux : ICI

    ____________


    Point de vue vétérinaire sur les colliers électriques : 

    Les conséquences

    Il arrive que certains chiens supportent leur collier électrique. Ceux là ne viennent jamais nous le dire, tout va bien.
    Du point de vue des vétérinaires, nous ne sommes tenus informés que des conséquences néfastes. Il y a en effet de très nombreux accidents.

    Nous avons tous vu des cas de brûlures provoquées par ces colliers. Ces brûlures attestent de l'intensité de la décharge et de l'inefficacité de l'apprentissage.

    Pour ma part j'ai pu observer à plusieurs reprises des chiens rendus agressifs par ces colliers.
    Quand la motivation à faire quelque chose est intense, tout se passe comme si le chien se dépêchait de produire sa séquence avant la décharge.

    C'est ainsi que j'ai reçu des chiens qui se dépêchaient de mordre avant que le maître n'intervienne… et cela en dépit de nombreuses punitions électriques !

    J'ai aussi reçu un jour un chien qui refusait d'avancer quand on lui mettait un collier… celui là visiblement craignait la décharge.

    Enfin pour l'anecdote, parlons de ce chien qui recevait une décharge quand son maitre activait la commande wifi de son ordinateur…

     

    Les vétérinaires comportementalistes sont à l'unanimité opposés à ces colliers. Cela doit faire réfléchir.
    L'Angleterre est en train de voter une loi pour interdire l'usage des systèmes électriques en éducation.
    En France, des voix s'élèvent pour faire interdire les punitions corporelles pour nos enfants…

    ___________


    A lire : Ethique et chien ICI

    Quelques extraits :

    Les colliers "d'éducation" canine, et le statut du cheval.

     

    Les colliers "d'éducation" canine, et le statut du cheval.

     

     

    Les colliers "d'éducation" canine, et le statut du cheval.

     

     


    68 commentaires
  • Le cincle plongeur a été désigné par BirdLife Suisse « oiseau de l’année 2017 ». Celui que l’on surnomme aussi parfois « merle d’eau »
    a des particularités étonnantes : c’est en effet le seul passereau a pouvoir plonger et marcher au fond des rivières !
    Le cincle est parfaitement adapté aux cours d’eau rapides et riches en oxygène. Il peut se reproduire sur les berges des rivières jusque
    dans les agglomérations pour autant qu’il puisse trouver une eau suffisamment propre et des endroits de nidification pas trop dérangés.
    C’est donc un bon ambassadeur pour la campagne menée par BirdLife « la biodiversité dans les agglomérations » centrée cette année
    sur les habitats aquatiques en milieu urbain.

     

     


    37 commentaires
  •   Entre deux articles présentant mes photographies, je vous proposerai de temps à autre différents sujets. 

    Certains de manière à réveiller les consciences s'il le faut encore... d'autres illustrant la beauté de notre planète
    qu'il nous faut à tout prix tenter de préserver autant que nous puissions le faire, chacun à notre niveau.

    Ces sujets pourront concerner la nature, la faune, la flore, mais aussi la santé (la notre ou celle de nos
    animaux familiers), l'élevage, l'agriculture, le climat...
    Bref des tas de sujets variés, parfois juste sur un extrait, parfois dans une émission intégrale.

     ***

    Pour inaugurer l'ouverture de cette rubrique, je vais commencer par vous présenter les Cévennes au travers
    cette émission présentée par Frédéric Lopez. Une émission que peut-être certains d'entre vous ont déjà vue.


    Ici, nous nous trouvons dans "mon" environnement, celui au coeur duquel j'ai vécu pendant 7 ans,  
    et duquel je vis à proximité depuis 2001. C'est sur ces terre que je me rends quand je vais faire mes
    petites visites aux Cincles plongeur, aux Vautours... mais aussi là ou je vais chercher la neige en hiver,
    là ou je pars me ressourcer quand j'ai besoin de retrouver la nature sauvage, c'est à dire très souvent ;-).
    Vivant entre Cévennes et Camargue, je me sens assez privilégiée dans une grande diversité de paysages.

     

     


    31 commentaires