• Urbex en Cévennes, Gard (1/3) - Le logement privé

    Je vous présente ici un lieu dans lequel nous avons vécu et exercé en tant qu'Hôteliers-Restaurateurs de 1994 à 2001.
    Donc un petit morceau de notre vie dans un "nid d'Aigle" des Cévennes Méridionales dans lequel nos enfants ont
    grandi et passé une 7 années de leur enfance au coeur de la nature sauvage. Des souvenirs magiques pour eux.
    De mon côté oui de la stupéfaction de le revoir ainsi presque 20 ans plus tard, mais pas de douleur, pas de chagrin et pas de regret.
    Nous avons tourné cette page pour en ouvrir une autre et à la base ma démarche était juste de faire une cession photographique
    Urbex dans la mesure ou je savais que cet établissement était tombé en décrépitude.
    Je profite simplement de ces photos pour vous raconter son histoire pendant ma tranche de vie dans ce lieu.

    Quand nous en sommes partis, cette auberge était classée 3 cheminées aux logis de France, classée également dans le guide
    des Châteaux et Hôtels de France, Gault et Millau, Routard, Guide Hubert, Guide des auberges et hôtels de charme en France....
    Je reconnais que nous étions assez contents de notre travail, n'étant absolument pas du métier ni l'un ni l'autre à la base, et
    ayant tout appris sur le tas lors de notre première année, en collaboration avec l'ancien propriétaire. 
    Laurent gérait la cuisine et de mon côté le resto et l'hôtel avec l'aide d'une dizaine d'employés en saison et deux en basse saison.
    C'était une sacrée aventure avec trois enfants de 4 ans, 5 ans et demi et 10 ans pour les parisiens que nous étions.

    L'établissement tel qu'on le voit aujourd'hui en arrivant sur le parking, avec le Marronnier encastré dont je vous parlerai plus tard.  

    Urbex en Cévennes, Gard (1/3) - Le logement privé

    Nous connaissions cet endroit avant de nous y installer, l'ancien propriétaire étant un ami de la famille (originaire du Doubs, il avait 
    acheté un flanc de la montagne pour une bouchée de pain). Il avait commencé 25 ans plus tôt par une chèvrerie, puis un restaurant plein
    air à base de fromages de chèvre. Au fil des ans, il a fait un restaurant couvert, et enfin un hôtel de 8 puis 16 chambres. Nous y passions
    régulièrement en visites et nous trouvions ce lieu réellement magique. Laurent quant à lui y a aussi passé une bonne partie de son enfance.

    Les temps ont bien changé depuis 2001 !!! 
    Après nous, cet établissement a été racheté trois fois et le dernier propriétaire en date en est parti en le laissant totalement à l'abandon.
    Je n'y suis pas retournée pendant plus de 15 années (bien que nos spots Cincles soient très proches de cet endroit).
    Mon premier retour était il y a seulement deux ans et je n'avais revu que les extérieurs déjà très dégradés en compagnie de Martine et Georges. 
    Les différents successeurs avaient rasé bon nombre de nos magnifiques arbres et haies;-(

    Des modifications intérieures ont aussi été apportées, pas forcément en laissant à cet endroit le charme rustique des Mas Cévenols ;-(
    J'y suis retournée en décembre 2017, et cette fois, j'y suis entrée pour la toute première fois depuis 2001, mais sans l'objectif adapté.
    Connaissant l'établissement... comme chez moi, j'ai pu m'y introduire aisément sans rien avoir à forcer.
    Ma stupéfaction devant l'état des lieux a été violente ce jour là, quel dommage ! Il y avait un tel potentiel ! 

    Nous y sommes retournés une nouvelle fois Laurent et moi à la mi avril. Lui y faisait son premier retour. Stupéfaction aussi le concernant.
    Déjà, l'arrivée sur le parking, devenu à présent plus une casse à voitures qu'un parking.

    Après une vente aux enchères datant de novembre 2016 pour les meubles, vaisselle et matériel de cuisine, voici ce qu'il en reste...

    Ici, c'est la partie ou nous habitions. La bâtisse ayant été restaurée et agrandie au fil des années jusqu'à 1990, à flanc de montagne, sur au total 
    six niveaux différents. Seule une petite partie (les logements privatifs et une partie du restaurant) sont les murs d'origine d'un vieux Mas cévenol.
    Les deux niveaux inférieurs correspondant aux parties privées + une salle de séminaire.

     

    ____________



    La vue sur ce qui était le jardin privé et ne ressemble plus du tout à ce que c'était... 
    Heureusement, la nature a repris ses droits.

    Urbex en Cévennes, Gard (1/3) - Le logement privé


    Avec le soleil rasant de début de journée et la quantité de fenêtres et de baies vitrées ouvrant sur la nature, pas facile de gérer la lumière.
    Nous aurions du inverser notre circuit et arriver sur le lieu plus tôt dans la matinée. A 9h30, en exposition plein sud, c'est déjà trop dur.

    Niveau 1 soit au plus bas
    Ici, il s'agissait d'une partie du studio de mon fils aîné.
    De ce côté, c'était sa chambre.

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

    Cette pièce attenante était son bureau et atelier de dessin. De notre temps, tous les murs étaient blancs.
    Au bout il avait son petit endroit WC et lavabo, et il rejoignait le niveau supérieur par un escalier en bois qui a été supprimé.

    Urbex en Cévennes (Gard)

    Au second niveau, le reste de l'espace privé.

    La cuisine (une petite fondue et une salade de fruits, ça vous tente ?)
    L'ouverture en face était une chambre dont l'accès se trouvait sur un couloir sur une des photos suivantes.
    A notre époque cette porte vitrée était un placard de cuisine dont le fond a été cassé pour faire cette seconde ouverture.

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

     La cuisine vue de l'autre côté. La "porte" à droite donne accès à une chambre.

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

    Nous entrons dans ce qui était la chambre de mon deuxième fils, attenante à la cuisine : Une petite merveille aujourd'hui !

    Urbex en Cévennes (Gard)


    Ici, la vue de la fenêtre de la chambre et l'extérieur qui à notre époque était un jardin. Surprenant cette sorte de "goulet" d'accès.

    Urbex en Cévennes, Gard (1/3) - Le logement privé

     

     Ici, une partie du séjour qui a été muré au fond. Au dessus de la fenêtre la plus à gauche, c'était du beau chêne... qui a été peint :-(
    Devant la table, on voit l'endroit ou l'escalier qui menait à la chambre de mon fils aîné a été recouvert pour être supprimé.
    A l'endroit de la marche blanche il y avait un mur, qui a été cassé.

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

    Vue de l'autre côté du mur (qui n'existait pas). Du coup, la cheminée se trouve collée au mur (étrange idée...)

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

    Ici, ce qui était la salle à manger (partie gauche de la photo du dessus). A gauche, passage pour accéder à un bureau, deux autres chambre et salle de bain.
    L'ouverture vitrée sur la gauche laissait la lumière pénétrer dans l'ensemble du "labyrinthe" (correspond à la fenêtre avec volets intérieurs sur photo suivante).
    Au fond un des deux accès au jardin privé. Dans le rail au sol, il y avait une double porte coulissante en chêne qui a été supprimée.

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

    Le couloir du séjour pour accéder à ce qui était mon bureau, SDB et aux deux autres chambres.
    Jolies les dalles polystyrène au plafond alors qu'il y avait des poutres apparentes. Sympa aussi la mousse sur les murs... d'un joli vert ;-)
    Les volets intérieurs sont encore ce qui est resté dans le meilleur état... c'est dire !

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

    Ce qui était mon bureau avec cette petite fenêtre ou je nourrissais les chats "sauvages" vivant dans le coin. Ici, le mien leur fichait la paix ;-)

    Urbex en Cévennes, Gard (1/4) - Le logement privé

     

    Retour par le couloir qui aboutit sur cette pièce qui donnait elle aussi aussi l'accès au jardin privé.

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

    Dans cette pièce, le premier accès à gauche sur la photo précédente ouvre sur la salle de bain (un petit Shampoing ?)

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

     Second accès, ce qui était la chambre de ma fille. La poutre à gauche a été ajoutée, probablement pour déjà soutenir le toit qui n'a pas été entretenu j'imagine.
    Ici, les plafonds étaient en poutres apparentes et lambris.

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

    Vue dans l'autre sens. Une autre merveille du genre !

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

     En ressortant de la chambre, la pièce vue plus haut dans l'autre sens également (vous reconnaissez le landau)

    Urbex en Cévennes (Gard)

     

     A nouveau le couloir, et au fond notre ancienne chambre transformée en un lieu de passage assez étrange... 

    Urbex en Cévennes (Gard)


    C'était un endroit vraiment splendide, et si nous n'avons jamais regretté cette expérience professionnelle trop envahissante, mais qui nous a
    beaucoup appris, je dois bien dire qu'en matière de lieu de vie, c'était vraiment idyllique. De plus la vue est fantastique sur la vallée.
    En hiver, nous étions au dessus des nuages, dans le soleil, alors que la vallée se trouvait dans le brouillard. Les commerçants du
    village nous demandaient régulièrement le temps que nous allions avoir pour la journée...
    Nous n'avons jamais éprouvé de regrets concernant notre choix de passer à autre chose, mais quelle consternation de revoir
    cet établissement devenu un tas de ruines.

    Pour finir cet article, la vue de notre appartement, identique à celle du restaurant et de de chacune des chambres d'hôtel...
    Sauf que de notre temps, il n'y avait pas cette énorme trouée d'arbres rasés ou à présent on voit oeuvrer des camions de chantier.

    Urbex en Cévennes, Gard (1/3) - Le logement privé

    Dans de prochains articles vous seront présentés le restaurant, puis l'hôtel. 

    _________

    Une petite pause jusqu'au 10 mai . A bientôt. 
    Profitez bien des jours fériés de la semaine prochaine ;-)

     

    « Portraits de Loups grisIls sont de retour... les Guêpiers d'Europe »

  • Commentaires

    1
    Elaine Hancock
    Vendredi 4 Mai à 03:30

    Il a dû vous rendre vraiment triste de retourner à un endroit pour le trouver dans le triste état où il était. C'était une belle maison avec une vue spectaculaire. Je suis sûr que vous avez travaillé dur pour le restaurer, surtout en vivant ici. Pour le trouver dans cette condition est le cœur brisé.

    Amitié

      • Vendredi 4 Mai à 07:05

        Bon jour Elaine,
        La restauration de la partie d'origine du Mas et la construction des parties plus récentes étaient déjà présentes lors de notre arrivée. En revanche, il est vrai que d'entretenir cette bâtisse  était un travail de chaque année durant la période de fermeture (3 mois en plein hiver). Une activité qui ne laisse pas beaucoup de place pour le reste et se concentre sur l'aspect professionnel, que l'établissement soit ouvert ou fermé.
        Triste oui dans une certaine mesure, uniquement pour la beauté du lieu, mais personnellement je n'ai aucun regret de l'avoir quitté après lui avoir consacré 7 années. C'est le genre de métier ou tout est mis entre parenthèses et où il devient extrêmement compliqué d'avoir une famille. 
        Pour ce qui est de la situation, là je reconnais que vivre dans un tel panorama, c'était fantastique. C'est probablement la seule chose que je regrette ;-)
        merci et bonne journée

    2
    Vendredi 4 Mai à 07:05

    The sadness must have been overwhelming, Pascale, to see this memory so desecrated like this.  At least you have the joy of YOUR memory to have and hold forever.

      • Vendredi 4 Mai à 07:13

        If the place was magical, the rest did not leave any fantastic memories.
        So I have no regrets, just a little sad to see this abandonment.
        Friendships.
        Have a good day

    3
    Vendredi 4 Mai à 07:15
    Septsup

    les choses vivent est meurent... perso je ne retourne jamais dans un lieu que j ai quitté.. ça évite la peine... bisous

      • Vendredi 4 Mai à 07:30

        C'est l'impermanence en effet.
        Bisous

    4
    Vendredi 4 Mai à 07:29
    missfujii

    Je comprends le choc que tu as pu ressentir !! 

      • Vendredi 4 Mai à 07:35

        De la tristesse de voir cet endroit qui fût si magique dans cet environnement, mais je savais... que le lieu avait été laissé à l'abandon et qu'il y avait eu une vente aux enchères fin 2016 sur la matériel. C'est juste dommage, mais les chosent changent...

    5
    Vendredi 4 Mai à 07:33

     

    Je comprend que ça te fasse mal de retrouver ce lieu ainsi dégradé.

    Pour le reste tu n'as aucun regret et c'est très bien...

    Bonne journée Pascale. 

    6
    Vendredi 4 Mai à 07:38

    Comme ça doit faire mal au coeur de découvrir un si bel endroit dans cet état... Cela a dû être une super expérience, surtout quand on n'est pas du métier !

    Vos souvenirs de 7 années dans cette Nature-là doivent être fabuleux...

    Bonne journée à toi, Pascale, bises.

      • Vendredi 4 Mai à 07:56

        Coucou Pascale,
        Pour certaines choses oui, de supers souvenirs mais les supers souvenirs ne sont pas forcément liés au travail par lui même qui ressemble plus à de l'esclavage forcené qu'à du travail. Pour de ce qui est de l'expérience professionnelle, là oui, d'une grande richesse, j'ai énormément appris.
        D'autant que, quand on a des enfants, et de surcroît à l'âge qu'avaient les miens, c'est extrêmement difficile de tout parvenir à mener de front. Les heures de repos et de sommeil sont très très minces ;-) D'autant que les métiers touristiques sont liés à des tas de chose (une coupe du monde de foot, une grève des routiers, le temps...).
        Cela fait mal au coeur pour le lieu oui, mais cela fait malgré tout un peu de bien à l'ego car finalement, en ayant repris après la personne qui a créé l'endroit, nous sommes les seuls à avoir tenu aussi longtemps, avec de bonnes appréciations dans les guides, en entretenant le lieu qui vu sa surface n'était pas une mince affaire et tout en étant ni l'un ni l'autre du métier.
        Faire le choix de se lancer n'a pas été simple, pas plus que le choix de partir après 7 années d'investissements de tous les instants, et je n'ai aucun regret sur ces deux choix, ni celui d'avoir quitté Paris, ni celui d'avoir pris la décision de poser le clap de fin.
        Pour ce qui est de vivre dans la nature, ça, c'était fantastique, et vivement qu'on la retrouve ;-)
        Bises et bonne journée

    7
    Vendredi 4 Mai à 07:43

    Quel déchirement !!!

    Mais bon... le principal est que tu gardes de bons souvenirs de l'endroit, malgré ce qu'il est devenu.

    J'avoue que je n'en reviens pas !

    Bisous et douce journée Pascale.

    8
    Vendredi 4 Mai à 07:54

    Quel dommage que ce soit laissé à l'abandon ! Ce devait être très plaisant d'y vivre. Bonne journée Pascale.

    9
    Vendredi 4 Mai à 08:01
    Hop oui triste mais comme tu dis 7 ans de vie à avoir bien mener tout de front. C'est cela qu'il faut retenir. Bisoussss
    10
    Vendredi 4 Mai à 08:13
    Triste de voir un lieu en tel état. Souvenirs d'un moment de vie. ...Belle journée
    11
    Vendredi 4 Mai à 08:20

    coucou Pascale

    je regarde ces photos, et j'imagine la nostalgie que tu dois ressentir, même si tu dis ne rien regretter. vous y avais mis votre coeur pendant 7 années pour valoriser un tel lieu convivial....perso, je n'aime pas revenir sur les lieux ou j'ai pu grandir et vivre, c'est toujours poignant...

    je te souhaite de passer une bonne période mai/juin, bises amicales, maurice

      • Vendredi 4 Mai à 08:28

        Bon jour Maurice,
        Je n'y étais pas revenue pendant très longtemps et je ne le voulais pas car nos souvenirs à nous n'étaient pas des meilleurs. C'est ma fille qui y est retournée la première et c'est probablement pour elle que le choc a été le plus fort, car pour les enfants, ces sept années de vie ici leur ont laissé de très bons souvenirs de leur enfance.
        Non, vraiment aucun regret de ma part ou de celle de Laurent, et je crois même que nous avons fait le choix de partir au bon moment. Si nous avions continué, je ne suis pas certaine que la famille n'aurait pas fini par éclater. En revanche, j'ai aussi des souvenirs extraordinaires de cette tranche de vie.
        En fait, j'éprouve rarement de regret, car je constate sincèrement qu'il y a toujours des choses positives dans chacune de nos expériences, même dans les plus difficiles et même dans celles qui a priori nous font du mal.
        Profite bien. Bises amicales et à bientôt 

    12
    AMA
    Vendredi 4 Mai à 08:48
    Bonjour Pascale.
    Quand de tels souvenirs remontent à la surface on ne sait jamais quel "monstre" va hanter nos mémoires, parfois ce monstre se transforme en nostalgie dans le meilleur des cas...
    J'ai vécu il y a quelques années ce genre d'expérience et dans mon cas rien n'avait vraiment changé 40 ans plus tard alors...
    Merci pour ce flash-back qui ne laisse personne indifférent, j'espère.
    Gros bisous et bonne journée à toi.

    PS: est-ce normal la taille très réduite du texte en entrée de commentaire?
      • Vendredi 4 Mai à 08:52

        Bon jour Alain,
        Aucun monstre pour ma part, je suis juste triste que plus personne ne profite aujourd'hui de ce magnifique "nid d'Aigle" mais à présent, la vue n'est plus non plus ce qu'elle était... Comme je n'éprouve pas de regret quant à mes choix, je suis en accord avec moi-même, et c'est déjà pas mal ;-) 
        Pour ce qui est de la taille en entrée de commentaire, cela doit venir de ton PC, car pour ma part, aucun changement.
        Gros bisous et bonne journée

      • AMA
        Vendredi 4 Mai à 09:03

        Merci pour ta réponse Pascale, du coup j'ai oublié de dire que j''appréciais beaucoup l'idée et la série de photos qui illustrent tes propos.

        Il y a des jours où je déteste mon PC hihi mais tu ne le répètes à personne hein? ;-))

    13
    Vendredi 4 Mai à 09:16

    bonjour Pascale , j'apprend que vous étiez restaurateur et  que c'était un endroit magique !  et réputé !  , quelle tristesse de le voir dans cet état  ! ça doit vous faire mal au coeur !!!! et  ... ...  !    moi je pense que vous n'auriez pas du y retourner !!  et garder que vos beaux souvenirs !! car là ... dur dur !!!!  ...  tu as du y repenser ++ d'1 nuit ... !!!   gros bisous passez un beau weekend a +

      • Vendredi 4 Mai à 09:49

        Coucou Bébert,
        Honnêtement non, mes nuits n'en sont pas dérangées, y retourner n'a rien gâché dans la mesure ou nous avons fait le choix d'en partir.
        Juste le regret de voir le lieu aussi dégradé et à présent abandonné.
        Bises et bonne journée.

      • Lundi 7 Mai à 11:15

        ah oui  alors tant mieux !   car nous on ne pourrait pas !! et ...  oui  laisser un si bel endroit tomber en ruine  dommage  bisous  belle pause  A+  merci Pascale  .. 

      • Lundi 7 Mai à 11:23

        Coucou Bébert,

        Je vis dans la pleine conscience de l'impermanence de toutes choses, et je n'ai pas vraiment de problème avec ça ;-)

        "Nous ne faisons que passer
        Dans l'ombre et la lumière
        Nous ne faisons que traverser
        Des océans des déserts..."

        (Gaétan Roussel)

        Bonne journée Bébert. Bises

    14
    Vendredi 4 Mai à 09:17

    Je comprends le choc que vous avez pu ressentir. Comment peut-on laisser une site pareil à l'abandon?

      • Vendredi 4 Mai à 09:50

        Merci pour ta visite Jean-Luc.
        C'est la seule question que je me pose pour tout dire. Surtout de la part des actuels propriétaires de ces murs.
        Bonne journée

    15
    Vendredi 4 Mai à 09:18

    oui j'oubliais que vous étiez dans une si belle nature !   ta dernière photo  waouh  la vue est magnifique  !!!   gros bisous a+

    16
    Vendredi 4 Mai à 09:19
    PascalXLD

    Côté photo d'urbex comme j'aime cela tu comprends que j'aime ta série par contre j'imagine aisément que ce ne soit pas un moment agréable quand des années de travail se retrouvent ainsi

     

    Bonne journée

    17
    Vendredi 4 Mai à 09:22

    Bonjour Pascale,

    l'urbex dans un ancienne usine est déjà un moment fort qui plus quand les machines peuvent être encore présentes pour nous laisser imaginer une journée de travail....mais l'urbex dans un ancien lieu de vie est bien différent, il y a alors une dimension émotionnelle supplémentaire, (qui plus est quand des souvenirs personnels sont attachés à ce lieu)...la vie au quotidien est là encore présente dans chaque pièce, dans chaque lieu et plus encore dans chaque détails qu'ils soient mobilier, vaisselle et autres, l'impression de rentrer dans l'intimité des gens alors qu'on y est pas forcément invités... c'est fort et pas toujours facile à gérer...Ici on sait ce qui est arrivé mais pour avoir fait récemment la visite d'une maison abandonnée, on se pose beaucoup de questions: pourquoi ,comment ?...c'est ce que j'ai ressenti...

    Les photos restituent bien cette ambiance et j'attends la suite de la visite avec impatience.

    Bonne journée

      • Vendredi 4 Mai à 09:53

        Bon jour Jean Claude,
        Tu as parfaitement tout résumé. 
        Mes sentiments ont juste été la tristesse de voir un tel endroit aussi délabré, mais également ces pourquoi et ces comment concernant essentiellement le dernier propriétaire. Sinon, du regret d'en être partis, que nenni ;-)
        Merci à toi et bonne journée

    18
    baba
    Vendredi 4 Mai à 09:58

    Les Cevennes une région que je veux découvrir,je sais que les conditions de vie ne sont pas toujours faciles. Je t'avoue que j'ai toujours mal au coeur quand je vois de tels bâtiments abandonnés.Ils ont chacun leur histoire et je comprends parfaitement ton ressenti surtout quand on a consacré sept ans de sa vie pour que le lieu niché en pleine nature soit une chose recherchée. Mais pas tout le monde n'est prêt a faire des sacrifices.dommage......

    Bonne fin de semaine.

    19
    Vendredi 4 Mai à 10:21

    Quelle tristesse de retrouver cet établissement dans un tel état de ruines !!

    Je comprends ton ressenti

    Bisous Pascale

    20
    Vendredi 4 Mai à 10:29

    Bonjour Pascale

    Quelle émotion en regardant tes photos ! 

    C'est triste et anormal que des personnes aient pu dégrader ainsi ce lieu et le laisser dans cet état

    Heureusement que tu ne gardes que les bons souvenirs et que tu ne regrettes rien, d'ailleurs tu ne pouvais pas imaginer cette suite, et à un moment la nature reprendra ses droits.

    Bisous

    Am

    21
    Vendredi 4 Mai à 11:19

    mince Pascale  le choc que vous avez dû avoir, je peux bien m'imaginer..quelle désolation quelle tristesse de laisser aller un tel endroit de vie..des souvenirs pour vous et là comme un déchirement..
    ainsi vont les choses..rien ne dure tout change inexorablement..vous y avez vécu une belle page de vie c'est ce qui compte :)

    doux WE Pascale

    bisous et aux loulous ☺♥

    22
    Vendredi 4 Mai à 12:25

    Coucou Pascal, en effet c'est un choc violent de revoir un endroit où l'on a vécu dans un tel état.  Surtout en voyant les changements effectués au fil du temps qui n'étaient pas du meilleur goût. Tu as raison les murs en vert (moisi) sont originaux.  Mais on ne peut s'empêcher de ressentir une certaine émotion car vos enfants ont vécu là et vous aussi.  Une cocotte-minute, un landeau.. toute une histoire.  La vue est absolument splendide vous avez du vous plaire dans cet environnement.

    Mais comme tu dis ce métier fait qu'il n'y a plus de vie privée . 

    J'attends le prochain article..

    Belle journée et bises tout plein

    chatou

     

    23
    Vendredi 4 Mai à 12:46

    Coucou Pascale. Je trouve que la vue sur la vallée est magnifique mais quel choc cela a dû être d'entrer dans un bâtiment que l'on connaît bien et dans lequel on a tellement de souvenirs et de le trouver après coup dans un tel état de délabrement. Je trouve que c'est quand même triste de laisser ainsi une si belle bâtisse. Urbex oui, mais difficile dans un tel contexte. Bises alpines et belle fin de semaine.

    24
    Oxygène (Sylvie)
    Vendredi 4 Mai à 14:02
    Oh, Pascale, quelle tristesse...
    Comment récupères-tu moralement de cette visite qui a dû représenter un choc violent (voire traumatisant ) pour vous...?
    Tant de dégradations dans ce lieu de rêve. C'est à pleurer...
    Je me sens vraiment triste pour toi.
    Bisous
      • Vendredi 4 Mai à 14:17

        Coucou Sylvie,
        Non, rassure toi, je trouve juste dommage que le précédent propriétaire ait laissé cet endroit se délabrer ainsi et j'avoue que je ne comprends pas puisque il s'agit d'un bien dans lequel il a investi et qui aujourd'hui ne vaut plus rien sur la majeure partie de la bâtisse en dehors des murs du Mas d'origine. Il faudrait presque tout démolir. Le fonds de commerce ne vaut plus rien dans la mesure ou il se fonde essentiellement sur la clientèle, et les murs vu leur état ne valent plus rien !
        Mais nous n'avons aucun traumatisme à proprement parler, ni Laurent ni moi. Ma fille, elle, a été choquée en le revisitant l'année dernière. Elle y est arrivée à 4 ans et en est partie à 11, donc tous ses souvenirs de petite enfance se sont fait ici. Mes deux autres enfants n'y sont pas retournés, en tous cas pas à l'intérieur.
        De plus comme nous concernant nous avions fait le choix de le quitter en 2001, forcément, nous savons aussi pourquoi nous avons fait ce choix là qui a été mûrement réfléchi, et pourtant à cette période, c'était très compliqué de changer à nouveau de direction professionnelle avec trois enfants devenus adolescents. Pour eux en revanche, ne plus habiter dans le "trou du c.." du monde leur à permis ensuite de faire les études qu'ils souhaitaient faire aussi et à proximité du lieu familial du coup. Habiter ainsi, éloignés de tout, aussi beau le lieu soit-il, ce n'est pas forcément simple pour les enfants, et ça aussi nous le savions, non seulement sur le plan des études, mais aussi sur le plan des relations dont ils ont besoin pour se construire. Tranche de vie ;-)
        Et puis cela m'a permis une cession de photos urbex ;-)
        C'est vrai que c'est dommage, c'était un très bel endroit, mais c'est aussi l'impermanence...
        Alors, ne sois surtout pas triste pour moi ;-)
        Bisous et bonne journée

    25
    Vendredi 4 Mai à 15:17

    Bonjour Pascale,
    une série doublement émouvante, ca doit faire un pincement au coeur de voir cet endroit dans un tel état (pour vous), mais l'Urbex c'est comme ça (malheureusement).
    Cette série retransmet bien le passé de ce lieu, je suis resté pas mal de temps sur chaque photo.............
    Bonne journée et à bientôt.
    Bisous.

      • Vendredi 4 Mai à 15:50

        Bon jour Michel,
        Oui, un pincement, mais pas vraiment plus car nous savions ou les choses en étaient arrivées, donc c'était sans réelle surprise.
        En revanche il est clair que quand un lieu n'est plus entretenu ni plus habité, il se dégrade très vite. 
        Bisous et bonne journée à toi également.

    26
    Vendredi 4 Mai à 15:39

    I think a piece of your heart is in these images. You have documented the abandonment with feeling. I understand these images bring many memories to mind.  It surprises me to see the pots in the kitchen still.  Thank you for sharing this journey down memory lane with us.  Have a good time away.  Friendship

      • Vendredi 4 Mai à 15:48

        Thank you Ruthie, it's nice, but the past is the past ...
        Too bad that this beautiful place has arrived at this stage of dagradation, but so is life.
        Sincerely.

    27
    Vendredi 4 Mai à 15:47

    Bonjour Pascale oui c'est vraiment triste de voir la dégradation de ce lieu surtout quand on y retourne et que l'on voit cela merci du partage que tu as partagé avec nous bonne pause et à bientôt bonne journée bisou Claudine Daniel

    28
    Oxygène (Sylvie)
    Vendredi 4 Mai à 16:23
    Merci pour ta réponse Pascale. Tu me rassures car j'avoue avoir ressenti un sentiment douloureux à travers ces images. Je comprends aussi le ressenti de ta fille qui y a laissé ses souvenirs d'enfance et avait dû emporter dans sa tête de belles images.
    Quant au fait de renoncer à l'éloignement de tout (y compris de la civilisation), c'est souvent une décision qui s'impose quand on a des enfants et que souhaite les voir s'épanouir avec d'autres.
    En tout cas, bravo pour votre parcours et pour le courage que vous avez eu.
    Bisous et bonne escapade jusqu'au 10
      • Vendredi 4 Mai à 16:40

        C'est moi qui te remercie d'être repassée ;-)
        Oui, je pense en effet que c'est pour ma fille que cela aura été le plus dur de revoir cet endroit dans lequel elle a passé sa petite enfance.
        Notre choix de revenir vers la ville a été en effet lié aux possibilités d'études de nos enfants et d'ouvrir aussi le cercle de leur relations fort limitées dans ce nid d'aigle. Pour nous priorité de retrouver du travail ne voulant plus être commerçants (on avait donné ;-) Trouver du boulot dans ce genre d'endroit, faut pas rêver, il n'y en a pas ! En 2001 notre fils aîné passait son bac, mais il fallait aussi prévoir la Fac pour la suite de ses études. Il n'était pas question non plus de revenir sur Paris, Montpellier était un bon compromis pour tout le monde et de plus une grande ville universitaire. Nous ne regrettons donc rien, même si vivre dans un tel lieu au coeur de la nature (ce qui nous a permis aussi d'avoir nos chevaux et ça, c'était du pur bonheur), c'était tout de même pas mal du tout ;-). 
        Du courage peut-être, une part d'inconscience, certainement. En tous cas un parcours "riche" d'expériences ça, je le reconnais volontiers ;-)
        Bisous et merci. A bientôt.

    29
    Vendredi 4 Mai à 16:43

    Coucou Pascale, 
    J'imagine bien ce que ça vous a fait de revoir cet endroit dans cet état, quel gachis !
    Vous qui avez passé tant d'années à trimer dur pour que tout soit nickel, et voir ce qu'est devenu cet établissement maintenant, ça doit vous déchirer le cœur !
    Chaque photo montre combien tout s'est dégradé, c'est devenu une véritable ruine ! 
    Je me souviens du jour où on était passé ensemble devant cet établissement, déjà tu imaginais le pire, vu de l'extérieur .
    Tu as du avoir du mal à faire ces clichés...
    Une jolie série urbex remplie d'émotions !
    Grosssssssss bisoussssssss et bonne pause, profitez bien avec le soleil qui revient.

      • Vendredi 4 Mai à 20:26

        Coucou Martine,
        Oui, en effet, un beau gâchis, mais tu connais aussi l'histoire, et non je n'en ai pas eu le coeur arraché. Très surprise oui, mais vraiment pas plus que ça. C'est simplement vraiment dommage. 
        Oui, déjà vu de l'extérieur, c'était déjà affligeant, alors j'envisageais en effet l'intérieur, mais je n'imaginais pas à ce point. 
        Du mal à faire ces clichés, franchement non puisque j'y suis allée pour ça à la base, l'idée m'étant venue après ma précédente série urbex dans l'hôpital désaffecté et avec ce que ma fille m'en avait dit, je t'en avais parlé. J'ai donc décidé d'aller y faire une cession photos, et du coup j'en ai profité pour raconter l'histoire de cet endroit, mais vraiment rien de douloureux de manière personnelle. Et puis, je n'ai jamais eu assez d'ego pour me dire que j'allais laisser une trace indélébile dans ce monde, pas plus avec cette auberge qu'ailleurs ! hihihi Simple tranche de vie.
        J'espère qu'il va faire bon cette semaine et en effet qu'on puisse profiter un peu ;-) Et... vous aussi !
        BigBisousssssss et bonne soirée

    30
    Vendredi 4 Mai à 17:12

    A sad and also nice urbex series.

    31
    Vendredi 4 Mai à 17:39

    Bonsoir Pascale,

    Je comprends votre  stupeur en découvrant pas à pas un tel spectacle - et aussi  un sentiment d'injustice après tout ce soin que vous aviez apporté à ce lieu au détriment d'autres choses qui vous tenaient aussi à coeur !

    Dans l'absolu on penserait que les splendides paysages des Cévennes , qui dégagent beaucoup de  noblesse ,i nciteraient au respect ,  de la nature , des choses et de soi-même , mais non , même pas ! Quelle barbarie !

    Je te souhaite une pause agréable  !

    Bises et à bientôt !

      • Vendredi 4 Mai à 20:30

        Bon soir Sophie,
        Stupeur oui, c'est la mot, mais vraiment rien de plus important. Certes nous nous y sommes investis pendant 7 ans mais quand nous avons passé la main, nous sommes passés à autre chose et sans aucun regret. Ce qui me sidère, ce sont ces gens qui ont acheté et ont laissé leur bien se détruire ainsi, ça oui, je n'en reviens pas...
        Oh là, les Cévennes ne sont pas épargnés par les gougnafiers.
        Merci et bises à toi. Bonne soirée et à bientôt

    32
    Vendredi 4 Mai à 18:15

    Bonjour Pascale.

     A  une certaine époque  tu as  fait un choix dit de raison. Donc effectivement retrouver ces lieux après tant de temps apporte moins d'émotions que si tu avais du les quitter pour une autre cause.  Et donc la vision du lieu à présent amène un sentiment de désolation surtout pour toi puisque tu y as vécu. C'est quand même un avant après difficile à accepter. Et en regardant tes photos, j'ai quand même l'impression que l'endroit a été squatté au vu des  traces de vie laissées  ici et là.

    Bises.

      • Vendredi 4 Mai à 20:11

        Bon soir Albert,
        Je ne pense pas que l'endroit ait été squatté, je pense simplement que ce sont les anciens propriétaires qui sont partis en laissant ce qui ne les intéressait pas à emporter en vrac. Les traces de vie sont leurs traces de vie.
        Bises et bonne soirée

    33
    Vendredi 4 Mai à 18:25

    BONJOUR

    Je crois qu'il ne faut jamais regarder derrière soit  on ai toujours déçu ....

    mais c'est triste et dommage de laisser pourrir une bâtisse comme ça

    je comprend que cela vous ai fait mal au cœur !!mais il faut regarder devant  sois 

    bonne journée bises

      • Vendredi 4 Mai à 20:16

        Bon soir Zette, 
        La question n'est pas de regarder en arrière ou pas, à la base mon idée étant de faire de la photo urbex après la série précédente sur un ancien hôpital, et dans cette mesure ce lieu était parfaitement adapté au sujet puisque je savais par ma fille l'état dans lequel il se trouvait et qu'on pouvait y entrer sans le moindre problème.
        En effet, c'est dommage que cet endroit soit ainsi laissé à l'abandon, mais pour tout dire, je ne suis plus concernée par ce sujet depuis 2001 et je suis passée à autre chose depuis longtemps, et heureusement pour moi. Mon tempérament est d'aller de l'avant, alors merci pour le conseil, mais je l'ai appliqué à ma vie depuis fort longtemps ;-)
        Bises et belle fin de journée

    34
    Vendredi 4 Mai à 19:53

    Bonsoir Pascale, grâce à ta série urbex je découvre un peu votre passé... un reportage qui ne peut laisser indifférent quand on voit l'état lamentable de cette belle demeure, je ne comprendrai jamais pourquoi on laisse certains objets là comme si la vie allait reprendre, ce qui n'est pas le cas erf j'imagine votre tristesse en partant même si une autre vite ailleurs vous attendait. Bonne pause, profitez un maximum... à bientôt, bisous.

      • Vendredi 4 Mai à 20:48

        Bon soir Philippe,
        Certes il est vrai que je ne parle pas souvent de ma vie privée sur cet espace web, mais ici, il m'était difficile de présenter des photos urbex de cet endroit sans parler un peu de son histoire que je connais et donc de mon histoire également par voie de conséquence.
        Je pense que les derniers propriétaires sont parfis "sur le feu" car ils sont, de ce que je sais, repartis à l'étranger en laissant tout cela dans l'abandon en 2014/2015 tout en restant propriétaires des murs, enfin maintenant des ruines. D'où une vente aux enchères par l'état fin 2016 sur le mobilier et le matériel professionnel.
        Non pas de vraie tristesse, juste une sorte de désolation d'avoir laissé un tel outil de travail partir ainsi en ruines. Ce lieu avait un très bon potentiel et quitte à transformer de direction commerciale, il aurait été bien par de faire un établissement de post-cure par exemple, chose que nous avions envisagée avant de faire finalement le choix d'arrêter. Il y avait vraiment moyen de faire des tas de choses avec la structure existante et la situation de cette bâtisse.
        Merci pour la pause, on va essayer si le temps veut bien être sympa.
        Bisous et à bientôt

    35
    Vendredi 4 Mai à 20:30

    Bonjour Pascale,

    Les photos des différentes pièces de la maison montrent l'énorme gâchis que les actuels propriétaires ont provoqué! Quel dommage avec un tel potentiel... Je comprends que tu ne regrettes pas cette tranche de vie passée. Je suis de ton avis, il faut savoir tourner la page.

    Bises et bonne pause.

    Mireille

      • Vendredi 4 Mai à 21:04

        Bon soir Mireille,
        Tu as parfaitement analysé mon état d'esprit.
        Et puis quand on fait un choix, c'est tout de même mieux de ne jamais le regretter. Nous sommes passée à autre chose depuis 18 ans, et nous n'en avons vraiment aucun regret, loin de là.
        Merci à toi. Bises et à bientôt.

    36
    Vendredi 4 Mai à 20:50

    Salut Pascale,

    Tristesse et désolation.

    J'imagine bien ce que vous pouvez éprouver en voyant ce lieu où vous avez vécu dans cet état.

    Bonne pause.

      • Vendredi 4 Mai à 21:07

        Coucou Thierry,
        Ce sont les propriétaires actuels des murs qui devraient en être désolés. Pour nous si nous trouvons cela bien dommage vu le potentiel passé et qu'il aurait été possible de développer, même d'une autre manière, nous ne sommes plus vraiment concernés et avons assumé nos choix ;-)
        Merci et à bientôt. Bonne soirée

    37
    Vendredi 4 Mai à 20:54

    Bonsoir Pascale, quel dommage de voir ce bâtiment dans un tel état. ça doit faire quelque chose tout de même. Bonne soirée et bonne pause

    38
    Vendredi 4 Mai à 21:15

    bonsoir Pascale

    quand même , revoir un endroit qu'on a laissé en bon état devenu une ruine , ça doit faire mal au coeur .

    mais tu as eu raison de passer à autre chose .merci pour ce que tu nous en racontes et pour ces photos d'abandon .

    la vue devait être super et je comprend que tes enfants peuvent avoir la nostalgie de leur maison d'enfance.

    à bientôt .

    bises

      • Vendredi 4 Mai à 21:32

        Bon soir Ghislaine,
        Oui, c'est dommage, cela valait vraiment la peine de l'entretenir, mais que veux tu...  je ne vais pas porter ce pour quoi je n'ai aucune responsabilité ni plus aucun investissement depuis près de vingt ans maintenant. C'est ainsi, tout est impermanent ;-)
        Pour mes enfants, c'est probablement différent, eux n'ont emporté que de bonnes choses : un bel endroit, la nature, la piscine à volonté, les ruisseaux, les petites bêtes, nos chevaux, les jeux et cabanes dans les arbres et dans les caves en pierres où ils s'étaient fait leur petit resto à eux... et de plus à l'âge qu'ils avaient quand on est partis, probablement des souvenirs amplifiées.
        Et puis qui conserve sa maison d'enfance toute la vie ? A présent ils ont la leur de vie, ils se la construise ;-)
        Ah oui, ça, pour le panorama, j'avoue qu'on était gâtés, rien à voir avec la vue que j'ai à présent même si je n'ai pas vraiment à me plaindre pour être en ville, mais ça non plus, ce n'est pas définitif. Ce sera comme avec cet endroit, une autre tranche de vie ;-)
        Bises et à bientôt.

    39
    Vendredi 4 Mai à 21:46

    Coucou Pascale,

    Je pense que j'aurais eu la même réaction que toi si j'avais retrouvé des lieux que j'aimais beaucoup dans un tel état.

    Bonne pause

    Bisous et bonne soirée.

    40
    Samedi 5 Mai à 00:54

    It looks to be a beautiful area around this abandoned house. It seems a shame that this one has been allowed to deteriorate.

    41
    Samedi 5 Mai à 07:42
    Framboise à Pornic

    j'en reviens pas ! cela m'aurait déchiré le coeur de voir cela.

    visiblement l'endroit est squatté (cuisine)

    c'est quand même dingue de laisser d'aussi beaux bâtiments à l'abandon total, sûrement une liquidation judiciaire qui a mal tourné.

    bon séjour et à bientot Pascale

      • Samedi 5 Mai à 08:19

        Bon jour Framboise,
        Non, pas squatté, simplement les derniers propriétaires et habitants des lieux sont partis en laissant tout en l'état et ont laissé ce que toi et moi aurions déposé... à la déchetterie !
        Pour squatter à cet endroit, et déjà pour y aller, il faut vraiment avoir envie... et les squatteurs généralement ne sont pas véhiculés. De plus il n'y a pas de commerce à proximité. Eux privilégient la ville qui se trouve à quelques km de là, à côté du Super U.
        C'est exactement ça, une liquidation judiciaire avec disparition des propriétaires...
        A bientôt 

    42
    Samedi 5 Mai à 09:05

    L'environnement est magique, ce fut un cadre de vie qui ne peut pas laisser indifférent. Comme tout une tranche de vie consacrée à une activité qui au quotidien ne peut s'avérer que prenante. Quelle désolation de trouver un tel investissement humain et capital dans ce triste état. Tout ceci pour remarquer que le succès de toute entreprise humaine se construit au quotidien. Je trouve à travers ces photos une qualité émotionnelle lié au travail remarquable de la lumière qui donne une ambiance au lieu. Je veux dire par là que l'on peut imaginer le lieu lorsqu'il était encore intact. Ainsi chaque pièce raconte une histoire et celle-ci est pour grande partie votre.

    43
    Samedi 5 Mai à 09:57

    Bonjour Pascale ...

    Ainsi va la vie (en quelque sorte).

    Je suis passé (et repassé) avant de laisser un commentaire. Je me sens un peu "voyeur" d'une "tranche de vie" ... Eh oui , je mets beaucoup de guillemets et de parenthèses, peut-être parce que je cherche les mots les plus adéquats pour exprimer une certaine émotion.

    J'ai le ressenti d'un livre. On achète un ouvrage ... La page est lue ... puis le chapitre ... l'histoire se déroule ... puis on le range sur un rayonnage ... puis sur la bibliothèque avant de le mettre au fond d'une malle. Un jour on y revient avec une petite pointe d'amertume (peut-être) en se demandant pourquoi il n'intéresse plus personne... mais on ne brûle pas les livres !

    J'imagine l'attirance vers le passé, le désir de relire un chapitre de vie et voir ce qu'il en est advenu. Derrière "ton" histoire (la vôtre en famille) j'essaie d'imaginer l'antérieur de ce lieu de vie avant qu'il ne devienne ce que vous en avez fait, puis ce qu'il est devenu. Comment ? Pourquoi ? ... Sans doute là un sujet de réflexion sur "l'impermanence" (je n'aime pas trop ce terme). Un sujet de roman sur l'histoire de cette maison et son évolution au fil du temps ?  Quel mystère se cache derrière le délabrement (et la faillite) qui a suivi votre départ ? Y a-t-il un futur plus reluisant pour ce domaine ? Le temps passe. L'état des choses est cyclique et il est permis de rêver !

    Je vous souhaite une excellente fin de semaine. Le printemps est là, même en Bretagne nord-ouest :) 

      • Samedi 5 Mai à 10:39

        Bon jour Yves,
        Aucun voyeurisme dans la mesure ou j'ai choisi de publier ces photos et de raconter une tranche de l'histoire de ce lieu dont une partie qui a aussi été la notre.
        Pour ce qui nous concerne, aucune amertume concernant nos choix, ni celui de notre arrivée, ni celui de notre départ. Juste le regret que ce très bel endroit, car c'était un très bel endroit, en soit arrivé à cela.
        Concernant sa vie après notre départ, j'ai quelques idées, et à mon avis pour beaucoup des transformations qui ne correspondaient pas à ce que recherchait la clientèle de l'établissement que nous connaissions. Les chambres transformées dans une espèce d'ambiance "hippie" ne me semblent pas du tout adaptées. L'hôtel était tout de même l'essentiel du C.A. et induisant une part non négligeable de la clientèle restaurant le soir.
        En outre dans ce genre d'endroit et vu sa situation géographique, "le plein" se faisait du 15 juin au 15 septembre, un cap à ne surtout pas rater. Donc si perte de clientèle, perte des référencements dans les guides (la clientèle donne de plus en plus d'avis non seulement par courrier, mais y compris à présent via le web)... tout fait boule de neige et le C.A. a vite fait de dégringoler ce qui induit de se retrouver rapidement enseveli sous les charges fixes.
        Pour ce qui est du futur pour ce domaine, je ne suis pas très optimiste sur sa fonction touristique et immobilière... En revanche je le suis sur le fait que Dame Nature reprenne ses droits sur les traces humaines : Les tuiles sont cassées, il y a des infiltrations partout, les murs se fissurent, la charpente commence à s'effondrer après juste deux années d'abandon et vu la situation qui semble coincée avec l'actuel propriétaire des murs, le temps risque de passer encore... Déjà à présent, l'ampleur du travail sur une surface habitable de plus de 1200m2 me semble peu réalisable sans compter que derrière il faut assurer le financement pour des travaux pharaoniques. Je ne suis pas certaine que le jeu en vaille la chandelle.
        Merci pour la visite et ce commentaire. Bonne fin de semaine également et ravie que le printemps se montre aussi en Bretagne. Ici, il reste timide certains jours encore.

    44
    Samedi 5 Mai à 10:21

    Bonjour Pascale. L'état de délabrement est impressionnant. Comme tu le dis dans tes réponses aux commentaires ce bien a perdu toute sa valeur, aussi bien les murs que le fonds de commerce. Quel dommage au vu du potentiel ! Bonne journée et bisous

    45
    Samedi 5 Mai à 11:11

    Bonjour Pascale. Ce doit être très triste de revoir cet endroit aussi dégradé.  Heureusement que tu as bien tourné la page.

    Mais la question reste. Comment en sont-ils arrivés là ?  Quel gâchis.

    Je te souhaite une bonne journée.

      • Samedi 5 Mai à 11:18

        Bon jour Girelle,
        Là, je n'ai pas la réponse, juste des suppositions expliquées à Yves (juste au dessus) qui ne restent que ma vision, concernant un établissement dont je connaissais parfaitement le fonctionnement et les postes de charges impossibles à réduire. 
        Après il peut y avoir eu d'autres raisons qui soient venues se greffer, et on peut tout imaginer : problèmes de couple (pas simple pour tout le monde de travailler ensemble, il faut avoir une très bonne complicité), problèmes de santé...
        Le gâchis va même peut-être au delà de ce que l'on peut voir sur ces photos... 
        Bonne journée à toi également.

    46
    atenaa
    Samedi 5 Mai à 15:07

    Quelle dommage que cela soit dans cet état.C'est un bel endroit.

    Moi je suis trop sensible,je n'aurais pas pu retenir mes larmes  a ta place.

    Bonne pause.a  bientot

    47
    Samedi 5 Mai à 19:56

    a trip down memory lane then, Claudio. i can imagine it was a learning period for you. it certainly has a big difference now. 

    48
    Samedi 5 Mai à 23:09

    Bonsoir Pascale. Heureusement que tu savais à quoi t'attendre et que tu en avais personnellement "terminé" avec ce lieu , sinon quel choc cela aurait été! Mais comment vos successeurs on pu laisser couler un tel petit paradis? des travaux engagés et pas les moyens pour les mener à bien peut-être. C'est vraiment dommage. Suis réellement contente que cela ne t'affecte pas mais je comprends que ta fille l'ait mal vécu. 

    Bon dimanche!  Bises Pascale.

      • Dimanche 6 Mai à 19:16

        Bon soir Zoé,
        Notre histoire avec ce lieu et celle de nos enfants n'est forcément pas la même, nous n'y avons pas eu le même vécu, pas eu les mêmes visions et surtout il n'ont eu que les bons côtés de cette vie dans la nature. Il est bien normal que ma fille ait été choquée de revoir son lieu d'enfance dans cet état. Si cela avait été ma maison d'enfance, je ne crois pas que j'y serais retournée. Bises et bonne soirée

    49
    Dimanche 6 Mai à 08:17

    Difficile de redonner du panache à un endroit de rêve mis aux oubliettes. Pourtant avec un peu d'imagination tu aurais pu te préparer une bonne fondue, selon une de tes images tout est encore prêt. Il y a positivement une chose qui est sûre, la nature ne lâche jamais un endroit qui était déjà le sien avant l'arrivée de l'homme.

    50
    Dimanche 6 Mai à 08:48

    Je comprends bien que ce soit un choc pour vous, de voir cet endroit où vous avez vécu avec vos enfants et tant donné de vous-même pour votre travail, dans un tel état d'abandon et de dégradation...Un véritable choc en effet. Quel dommage ! C'est comme tu le dis un lieu qui avait un beau potentiel et où beaucoup de gens aimeraient passer des vacances au calme...Bonne pause alors ! je n'avais pas vu que tu t'absentais...et aujourd'hui, je te mets en avant sur mon blog :) :) C'était prévu depuis longtemps de mon côté et c'est pas grave tu le découvriras à ton retour. bisous et à très bientôt

      • Dimanche 6 Mai à 19:31

        Coucou Manou,
        Ainsi va la vie, tout ce qui naît disparaît un jour, à plus ou moins long terme, mais... rien ni personne n'y échappe. Il en est de même pour les lieux dans lesquels nous passons une partie de nos vies.
        Je suis en pause, mais en vadrouille sur "mon petit terrain de jeux", alors je passe par ici de temps en temps, même si je ne publie pas durant quelques jours.
        Je vais passer chez toi, bien évidemment. Merci en tous cas, c'est très gentil.
        Bisous et bonne soirée

    51
    Dimanche 6 Mai à 08:51
    Aliselle

    Coucou Pascale

    Moi, ça me rend toujours triste de voir de belles demeures laissées à l'abandon... Quand en plus c'est dans un tel cadre! J'ai bien lu toutes tes réponses aux commentaires postés, mais moi, je ne suis pas sûre que je m'en serait remise de voir mon ancienne maison dans cet état...

    En tout cas, je ne regrette qu'une chose, c'est de ne pas avoir pu l'admirer au temps de sa splendeur...

    Je te souhaite un très beau dimanche

    Gros bisous

      • Dimanche 6 Mai à 19:35

        Coucou Aliselle,
        Je ne vais pas me rendre malade pour quelque chose de matériel et qui plus est dont l'état n'est pas de mon fait ;-)
        Je suis en train de faire du rangement alors quand je retrouverai mes photos argentiques, j'en scannerai quelques unes un de ces jours.
        Gros bisous et bonne fin de soirée

    52
    Dimanche 6 Mai à 09:22
    marine D

    Quel dommage et quelle tristesse de laisser pourrir un si beau lieu qui représentait tant de travail  et de souvenirs de famille, je l'aurais aimé j'en suis certaine pour son charme quand il était entretenu !

    Comment comprendre un tel abandon, c'est un crève-coeur pour vous, je sais que lorsqu'on revient très longtemps après dans une maison que l'on a aimée, on est souvent bien déçu !

    Comme moi ayant vécu dans ma jeunesse au Pays basque dans une si jolie maison typique d'un ancien ferronnier d'art,  après notre départ, le décès de mon père, remaniée par les nouveaux propriétaires et de plus tronquée pour une bretelle de l'autoroute d'un bon morceau de jardin, on reconnais à peine les lieux... Mon père avait planté tant d'arbres d'ornements, tant de pommiers, de fruitiers et un grand cèdre dans la montée, je n'aime pas y revenir, la revoir, même de loin....

    Je me dis qu'ici chez nous, après tout le travail qui a été fait ce sera la même chose, un jour, sans doute...

    Bon dimanche Pascale

      • Dimanche 6 Mai à 19:39

        Coucou Marine,
        Je pense que le ressenti pour la maison de son enfance et un endroit qui était un lieu de vie mais en même temps le lieu professionnel n'est pas le même, les souvenirs sont à mon avis très différents aussi.
        Oui, ce sera la même chose pour toutes ces maisons dans lesquels tant de gens ont investi de leur âme, de leur temps, de leur argent... 
        Nous ne faisons que passer ;-)
        Bonne fin de journée.

    53
    Dimanche 6 Mai à 10:03

    Profitez bien de votre petite pause, ce lieu devais être magnifique, le cadre de ce restaurant était splendide, il est toujours.

    54
    Dimanche 6 Mai à 12:20
    Maria-Lina

    Bonjour c'est avec grand plaisir que je découvre ton blog grâce au partage de Manou! Oufff quel choc en effet, c'est tellement dommage que ce soit abandonné, l'endroit est pourtant superbe! Je l'imagine au temps ou vous y étiez, une merveille!!! Bise, bon dimanche tout doux!

      • Dimanche 6 Mai à 19:41

        Bon jour Maria-Lina et bienvenue sur cet espace.
        L'endroit est superbe, et la bâtisse l'était aussi. Mais quand on pratique ce métier, tout n'est pas rose non plus, les professions liées au tourisme sont souvent très stressantes, pesantes et extrêmement envahissantes.
        Merci et belle fin de journée.

    55
    Dimanche 6 Mai à 14:47

    bonjour, Pascale

    en lisant ton texte sur ce lieu,  et voyant les photos celà fait bizarre et puis cette façon d'abandonner les lieux en laissant trainer des objets de toute sorte..

    une belle bâtisse qu'on aurait pas du laisser à n'importe qui...désolant...

    bonne pause

    à bientot

    56
    Dimanche 6 Mai à 17:00

    Coucou Pascale je me promène ici chez toi! et là c'est vrai c'est consternant ! et ce gâchis... tout le monde n'a pas la même visions des lieux des choses!!! gros bisouss repose toi bien

     

    57
    Dimanche 6 Mai à 20:15

    Bonsoir Pascale , 

    Jolies photos d'un triste délabrement ...

    58
    Dimanche 6 Mai à 20:34

    Holala..  que dire  ?
    Je suis scotchée.. de voir tant de dégradations dans ce lieu que tu avais bien entretenu.
    Tout est à l'abandon, ouvert à tout temps, tout vent, je comprends bien comment tu y es entrée..
    Tu es sans regret, et c'est tant mieux, car sinon, ça fait mal.
    Belle escapade Pascale,  et @ plus.  -   Bisous

    59
    Dimanche 6 Mai à 21:38

    Coucou Pascale,

    Quelle désolation et quel déchirement, heureusement que vous avez réussi à prendre le recul nécessaire et de vous détacher de cet endroit le jour où vous l'avez quitté ! Ce n'est pas évident de le faire.

    Je suis malgré tout stupéfaite par l'état de certaines pièces pour ne pas dire toutes !!!! waouw....

    Gros bisous et bonnes balades.

      • Dimanche 6 Mai à 21:59

        Coucou Nath,
        En effet, c'est impressionnant, d'autant que le lieu n'est plus occupé que depuis deux ans. Les dégradations se font très vite, mais je pense aussi que les propriétaires qui nous ont succédé n'ont pas non plus fait ce qu'il fallait, ils ne s'étaient peut-être pas rendus compte du boulot que cet établissement impliquait en entretien (ne serait-ce que pour les toitures dans un endroit ou les épisodes Cévenols arrivent à déplacer les tuiles). Et puis, vu ce que j'ai trouvé dans les pièces, j'en déduis qu'ils devaient avoir un bébé, et là, cela me semble vraiment carrément impossible... 
        Quand on sait pourquoi on s'en va, c'est comme pour tout je pense, le détachement est plus facile ;-)
        Gros bisous à vous deux et bonne fin de soirée. 

    60
    Lundi 7 Mai à 07:12

    Bonjour Pascale

    ah ça doit faire un choc de voir un endroit qui devait être magnifique en , faut bien le dire, taudis

    une foule de souvenirs a du vous envahir

    c'est moche de laisser un tel endroit à l'abandon

    à bientôt

    bisous et bonne pause

    61
    Rollian
    Lundi 7 Mai à 10:35

    Bonjour Pascale, je suis revenue plusieurs fois lire ton article n'étant pas bcp à la maison ce we et souhaitant le lire en entier. Une tranche de vie, bien des souvenirs, des bons, des moins bons, mais une foule d'expériences et de rencontres. Revenir en ces lieux a dû te rappeler bien des choses, mais voir ainsi l'état des lieux a sûrement été douloureux, on aime jamais enlaidir ses souvenirs ainsi que de voir entacher l'énergie investie à une certaine période de sa vie,  constater que le temps a parfois un impact négatif sur les choses. Perso, j'ai quitté jeune la région de la marne pour venir en Hte Savoie. 20 ans après, j'ai eu l'occasion de revoir la maison de mon enfance, dégradée aussi, l'environnement totalement différent, plus le même charme, plus la même saveur, et j'ai regretté... That's life comme on dit...

    Merci pour ce partage émouvant et très bonne journée.

      • Lundi 7 Mai à 10:49

        Bon jour Christine,
        Mes souvenirs de ce lieu restent intacts, quelque soit ce qu'il est devenu aujourd'hui.
        Cela aurait pu être douloureux si j'avais eu une quelconque responsabilité dans la situation actuelle, mais ce n'est pas le cas et la vie m'a appris à ne pas porter ce qui ne m'appartient pas. C'est dommage, juste dommage...
        Jamais je n'aurai envisage de venir y faire un jour une cession de photos urbex, mais le temps et les circonstances en ont décidé autrement ;-)
        Et puis contrairement à toi, il ne s'agit pas de l'endroit ou j'ai passé mon enfance, c'est aussi très différent.
        Merci à toi et bonne journée

    62
    Lundi 7 Mai à 11:03

    C'est malheureux d'avoir laissé ce beau bâtiment dans un si triste état, la région est magnifique! Très belle journée et bonne pause Pascale! 

    63
    Lundi 7 Mai à 13:39

    How unfortunate to see this establishment go into such disrepair after it was such an integral part of your lives! But thankfully you have fond memories there as a family. Such a great account to go along with your photographs!

    64
    Lundi 7 Mai à 15:28

    Un véritable crève coeur !!! 7 ans de bonheur Pascale ...

    Le bonheur est comme un papillon : il vole sans jamais regarder en arrière.

    Mais quelque soit l'histoire de cette maison que tu ne peux que regretter, je le comprends.....

    Magnifique série d'Urbex, dommage mais les ruines ont aussi leurs charmes, superbes clichés.....

    Merci pour ce partage , le temps passe, repasse mais jamais ne trépasse,

    il reste encore les ruines et pour toi et ta famille de merveilleux souvenirs et ceux là ne s'en vont jamais ...

    Belle journée ensoleillée,

    Amicales bises de Christiane

    65
    Lundi 7 Mai à 18:01
    véroniqueBM

    Le lieu est splendide et c'est difficile sans doute de le revoir dans cet état !

    66
    Lundi 7 Mai à 21:14

     Oui c'est  juste  dommage et  on n 'y peut rien .

    Le principal c'est de ne rien regretter et l'important c'est que tu gardes tes beaux  et bons souvenirs .

    Bonne soirée

      • Lundi 7 Mai à 21:46

        Bon jour Janine,
        Merci pour cette visite et bienvenue par ici.
        C'est tout à fait cela ;-)
        Bonne soirée

    67
    Lundi 7 Mai à 23:04

    Coucou Pascale, merci de nous avoir fait partager un pan de ton passé. En voyant ce lieu et essayant d'imaginer l'avant, j'ai de suite pensé "quel gâchis" ; je suis toujours triste de voir des lieux abandonnés... moi je ne sais pas si j'aurais eu le courage de faire ça, y retourner.

    Je comprends ton choix, moi-même ai été confrontée au même mais plus tôt. Nous vivions dans un trou perdu et lorsque l'aîné a eu 6 ans et envie de faire des activités, et pensant aux deux autres qui suivaient, on est revenus vers la ville... sans regret, car à quoi ça sert d'ailleurs. 

    Bises et bonne pause

      • Mardi 8 Mai à 08:39

        Coucou Eva,
        C'est  clair, quand on habite un trou perdu, pas d'activité, pas de relation pour les enfants, et ensuite pour les études, ça se complique sérieusement. Et puis, dans ce genre d'endroit, à part avec "Monsieur Pôle", on ne peut pas faire mieux pour ne pas retrouver de boulot.
        Comme tu le dis, les regrets ne servent à rien du tout et en plus pourrissent le temps présent. Nous n'en avons aucun.
        Bises et bonne journée

    68
    Mardi 8 Mai à 08:28

    Coucou 

    Retour vers le passé pas vaiment agréable , mais les souvenirs restent  le plus important

    Dommage que cet endroit ai pu etre ainsi laissé à l'abandon ..

    Mais s'il restait un brin de nostalgie la page aujourdhui est définitivement tournée ..

    Bonne pause Pascale 

    Bises

      • Mardi 8 Mai à 08:42

        Coucou Claudine,
        Dans la mesure ou ma démarche en retournant dans cet endroit était de faire une cession photos Urbex, j'étais préparée à ce que j'allais découvrir, donc rien de très désagréable en dehors de se dire "quel gâchis". Oui, c'est dommage, simplement dommage, et la page a été tournée le jour de notre choix d'en partir, cela fait donc maintenant 18 ans ;-)
        Bises et bonne journée.

    69
    Mardi 8 Mai à 08:56

    waouh quel panorama, cela fait rêver et cela peut vous manquer. par contre, je pense que cela doit vous toucher de voir cette maison dans un tel état. très touchée par le commentaire laissé sur mon blog. celine

    70
    Mardi 8 Mai à 09:19
    Xtian

    Bonjour Pascale. Quel massacre ! Ce qui me surprend, c'est que tu aies eu envie d'y retourner ... plusieurs fois ! Bises

      • Mardi 8 Mai à 09:33

        Bon jour Christian,
        S'il est une chose à laquelle je ne m'attache pas une fois que je les quitte, ce sont les lieux. A quoi bon ?
        Mon premier retour était pour montrer cet environnement à ma meilleure amie, le second après que ma fille m'ait parlé de ce que ce lieu était devenu et c'est là que j'ai pu constater que je pouvais y entrer sans rien forcer (faute de quoi je ne l'aurai pas fait), et la troisième, dans l'intention d'y faire une cession urbex, donc dans un but bien précis. 
        L'amour (et quelque soit sa nature) est un sentiment qui selon moi dure toute une vie (on continue d'aimer les personnes que l'on a perdu même si elles ne sont plus près de nous), en revanche l'attachement à proprement parler est, dans ma philosophie, une souffrance inutile puisque tout est appelé à disparaître, et quand ce n'est que du matériel... que de plus j'ai quitté par choix délibéré, pourquoi j'en aurai souffert. Alors oui, un beau gâchis, mais c'est ainsi.
        Bises 

    71
    Mardi 8 Mai à 22:15
    Durgalola

    je te remercie de partager quelques années de votre vie. Cet endroit est magnifique ; avec tes photos, restent quelques petits riens semblant dire que certains viennent y dormir. Je comprends que vous deviez y passer beaucoup de temps. Cette nature a certainement beaucoup apporté à toute votre famille. Une maison se dégrade vite dès qu'elle est inhabitée.

    Merci pour les photos ; je t'embrasse Pascale.

     

    72
    Mercredi 9 Mai à 07:58
    joshi daniel

    So much memories :)

    73
    Mercredi 9 Mai à 18:05

    Bonsoir Pascale,

     je suis sidérée de voir de tels lieux livrés aux vandales où aux squatteurs de tous poils (et il doit y en avoir) J'ai l'impression, en regardant tes photos, surtout dans la cuisine, que les gens ont pris la poudre d'escampette tout à coup, en laissant tout sur place; casseroles,  cocotte sur le sol, boites de conserve. C'est fou d'imaginer ce lieu, chargé de souvenirs pour vous deux, et revenir le voir dans cet état. Je crois que j'aurais eu la nausée rien quand y pénétrant. Je t'envoie mille bises et te souhaite une belle fin de semaine.

      • Mercredi 9 Mai à 18:37

        Bon soir Nell,
        Il n'y a ni squatteur ni vandales comme je l'ai écris dans mon article. Le lieu a simplement été abandonné par le propriétaire actuel qui a laissé ce qui ne l'intéressait plus plutôt que de prendre la peine d'aller à la déchetterie. En même temps, il est toujours propriétaire des murs, il fait donc bien ce qu'il veut de son bien ;-) Le temps et les intempéries ont ensuite fait leur ouvrage sur une bâtisse dont les toitures ne sont plus entretenues.
        Pas de souci pour nous, nous avions pris la décision d'en partir en 2001 en laissant l'endroit en bon état, et n'avons jamais regretté notre choix, le reste de l'histoire ne nous appartient pas.
        Bises et bonne fin de journée

    74
    Mercredi 9 Mai à 19:13
    Noushka

    Coucou Pascale,
    Tu es bien courageuse de retourner dans un endroit où tu as vécu, surtout quand on voit un tel délabrement.
    J'ai vécu dans plusieurs endroits qui m'ont tenu à cœur et jamais je n'ai voulu retourner préférant garder mes souvenirs intactes.
    On peut quand même imaginer ce que fut l'endroit en "lisant à travers les lignes" de tes photos...
    Je viens de rentrer sans avoir encore visionner une seule de mes photos... j'ai du boulot mais j'ai aussi fort à faire!!!
    Grosses bises et bon 10 mai :)

     

      • Mercredi 9 Mai à 19:30

        Coucou Noushka,
        J'espère que tout s'est bien passé pendant ton voyage et que tu t'es bien régalée.
        Je pense savoir de quels lieux tu me parles et je crois savoir que les départs n'étaient pas vraiment des choix mais une nécessité, ce qui n'était pas mon cas. Ce choix, nous l'avions réfléchi, fait en toute conscience. Sur le plan environnement, c'est vrai que c'était paradisiaque, mais pour ce qui était de la vie avec un hôtel/restaurant ouvert tous les jours du 1er avril au 31 décembre, et bien pour trouver des moments de vie personnelle pendant cette période, il faut vraiment en vouloir. Ce n'est même plus métro/boulot/dodo, c'est juste boulot/dodo et une vie de famille réduite à néant. Tu ne partages même plus un repas avec tes enfants puisque à leurs heures tu es en mise en place puis en service... Après pendant la période de fermeture, et bien, il faut rénover, entretenir, améliorer... bref, tu ne t'arrêtes jamais, tu réinvestis en permanence, et avec tout ça, prendre ne serait-ce qu'une semaine de vacances pendant la période de la fermeture annuelle relève de l'exploit puisque les enfants sont à l'école en dehors des vacances de février.
        Donc, tu vois, au niveaux des souvenirs, ce n'était pas le monde des Bisounours et des petits Poneys, donc aucun regret sur ce qu'était notre vie durant ces sept années ;-) Heureusement j'avais mes chevaux qui m'ont tenu la tête hors de l'eau.
        En visionnant tes photos, tu vas refaire ton voyage une seconde fois, c'est cool.
        Grosses bises et bonne soirée.

    75
    Jeudi 10 Mai à 00:42
    Pastellle

    Bonsoir Pascale, c'est totalement hallucinant. Ca doit faire vraiment un drôle d'effet de faire de l'urbex dans un lieu où tu as vécu ! J'ai du mal à imaginer comment je réagirais, ni même si je pourrais faire des photos. Heureusement que tu l'as fait cependant, car elles valent le détour. La cuisine a dû être utilisée plus récemment que le reste, il y a même des boites de conserve pleines ! Et pourquoi laisser tout ce matériel de cuisine ? J'avoue que j'ai du mal à comprendre. 

    Et malgré tout le délabrement, on comprend tout à fait que l'endroit a dû être vraiment très beau. Et qu'il l'est encore... 

    Tant mieux si tu gardes de bons souvenirs, c'est précieux. 

      • Jeudi 10 Mai à 08:15

        Bon jour Sophie,
        Je le savais, j'étais préparée, mais oui, cela fait étrange malgré tout de voir la vitesse à laquelle les lieux se sont dégradés sachant qu'ils n'étaient abandonnés que depuis deux ans.
        Les précédents propriétaires ont du emporter de la vaisselle du restaurant, les assiettes et verres gravés au logo de l'auberge étaient très jolis, même si je n'ai eu aucune envie d'en conserver (Si, j'exagère, j'ai gardé six flûtes à champagne). Et quand ils sont partis, ils ont laissé tout ce qui les embarrassait certainement.
        Je ne cherche pas à comprendre ce qui se passe dans la tête des autres, c'est pour moi de trop grandes énigmes dont je n'aurai jamais les réponses, alors à quoi bon ;-)
        Bonne journée à toi.


    76
    Jeudi 10 Mai à 19:35

    Bonsoir chère Pascale, je suis littéralement sidérée par le triste spectacle offert par des lieux dans lesquels vous avez, toi et ta famille, oeuvré, vécu  pendant sept ans ! On ne peut que se dire, quel dommage, quel gâchis, c'est innommable et lamentable, voilà ma pensée ! Heureusement, tu n'as pas de regrets à avoir puisque vous aviez choisi de quitter le mas... mais comme tu dis on se demande ce qui se passe dans la tête de certains ! Très amicalement et gros bisous, Shuki

    77
    Jeudi 10 Mai à 23:08

    Quelle tristesse de voir une si belle bâtisse d'abord "enlaidie" et ensuite laissée à l'abandon comme ça...personnellement ça me fait mal au coeur...moi qui aime tant ce que peut dégager une maison...bien être, chaleur, sérénité...son âme. Même si c'est une page tournée, je pense que ça doit chambouler un peu de retourner sur les lieux...merci pour l'histoire de cette maison Pascale. :-) 

    78
    Samedi 12 Mai à 15:05

    Oooh !!
    Quelle tristesse de trouver ce petit paradis transformé en horreur ! Mais comment peut-on laisser dans un tel état de délabrement une si belle propriété ?!
    Je cherche la raison pour laquelle le propriétaire ne l'a pas vendue, c'est tout de même bizarre. C'est ahurissant et bien que je ne sois pas "maison", cela me désole de voir un si grand massacre.
    J'avoue ne pas comprendre comment une bâtisse qui semble être en pierre peut à ce point se dégrader aussi vite. Ne serait-ce pas l'oeuvre de certaines personnes, squatteurs ou autres ?
    Quoi qu'il en soit, c'est consternant.
    Certaines de tes photos sont très belles, je ne les énumère pas, elles sont assez nombreuses.
    Je poursuis ma visite ...

      • Samedi 12 Mai à 15:56

        Coucou Katia,
        Comme toi je n'ai pas de réponse à cette question. 
        Comme toi également, je ne suis pas très "maison" (enfin cela n'a jamais été LE but de ma vie), mais c'est vrai que c'est bien dommage.
        Une partie de cette bâtisse était en pierre, la partie Mas Cévenol. Le reste à été ajouté au fil des années. 
        Le délabrement n'est pas l'oeuvre humaine pour cette fois, mais l'oeuvre de la météo et juste le fait que personne ne soit là pour y veiller et agir de suite.
        Les Cévennes subissent de sévères épisodes pluvieux comme je n'en ai jamais vu ailleurs. Il faut les vivre pour le comprendre et en saisir la violence et si à l'issue d'un épisode il n'y a pas un contrôle des tuiles (changer celles qui ont cassé et replacer celles qui ont bougé), les ouvertures se font très rapidement et du coup les infiltrations, les moisissures et tout ce qui s'en suit. Cela peut aller très vite. D'autant qu'en plus, au milieu de la végétation, les gouttières se remplissent de feuilles et ensuite de mousse et ne font plus leur travail d'écoulement. Même quand nous y étions, à chaque épisode il fallait changer ou replacer certaines tuiles, alors imagine ne serait-ce que deux années sans aucun entretien...
        Nous avons bien observé, pas de dégradation directement humaine ou de squatteurs (d'ailleurs il n'y a pas un seul tag ou graff), pas d'assiettes sales, rien qui ne laisse envisager que qui que ce soit vienne s'abriter ici, et puis comme je le disais sur un autre commentaire, cet endroit est beaucoup trop loin de tout pour être squatté. 
        Merci pour les photos.
        Bises et belle fin de journée

    79
    Dimanche 13 Mai à 10:05
    TERRY

    Quel gâchis ! A quoi rime de laisser à l'abandon de telles installations quand on sait que des gens dorment dans la rue ?! ... Et puis on va continuer de construire d'autres hôtels, d'autres logements, défigurer le paysage, encore et encore... Décidément, le "consommé puis jeté" prend des proportions effrayantes !

    Je n'aurais pas aimé être à ta place, toi qui nous montre habituellement la beauté des choses...

      • Dimanche 13 Mai à 10:52

        Bon jour,
        Je me demandais a qui était ce pseudo ;-)
        Eh oui, voilà ou nous en somme, le consommable jetable... ;-(
        Je ne sais pas ce qu'il faudra pour une prise de conscience collective s'il est encore temps...
        Bonne journée

    80
    Mercredi 18 Juillet à 14:13
    Sylvie

    Bonjour Pascale ! Merci beaucoup pour le partage de cette tranche de vie que tu nous dévoiles ainsi. Je suppose qu'il a fallu que vous vous prépariez psychologiquement pour être prêts à revoir cet endroit, sachant ce qu'il était devenu... C'est vraiment sidérant, et affolant. Et désolant et triste aussi surtout. Même si la page est tournée pour vous, et que vous êtes passés à autre chose, ça doit inévitablement faire un pincement au coeur... Car moi c'est ce que je ressens au fil de tes photos, sans pourtant avoir de lien particulier avec cet endroit que je ne connais pas mais dont je devine la splendeur passée. Ce qui est curieux c'est de voir de vieux bâtiments qui sont parfois restaurés contre toute attente, et là dans le sens inverse c'est un bâtiment magnifique qui est en train de tomber en ruines alors qu'il pourrait servir. Mais encore aurait-il fallu que le bâtiment soit à vendre, car si j'ai bien compris le dernier propriétaire est parti en l'abandonnant. Mais quel est son intérêt ? Décidément tout ça me dépasse...
    Bel après-midi à toi. Bises.

      • Mercredi 18 Juillet à 14:19

        Bon jour Sylvie,
        Probablement une manière de tenter d'échapper au fisc et aux dettes, mais ce n'est qu'une supposition.
        Merci pour ton commentaire et les sentiments que ces photos t'ont fait éprouver que tu as eu la gentillesse de venir partager.
        Bises et belle fin de journée



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :